La géopolitique du pilote de ligne

26 octobre 2017
Les actus de la revue

Enfant, Guillaume Thomas fait ses premiers voyages en survolant le planisphère qui servait de sous-main à son bureau d’écolier. Ces continents imaginés, ces noms de capitales ou de fleuves appris presque malgré lui, ont attisé sa curiosité et son envie. Lui est restée l’envie du voyage, qu’il assouvit désormais quotidiennement aux commandes d’un Boeing, dans la compagnie héritière de l’Aéropostale.

Déjà une heure de vol depuis notre décollage de Luxor, et je m’évertue depuis quelques minutes à entrer en contact avec le centre de contrôle en route de Khartoum. En vain.

« Khartoum center, Khartoum center, good morning to you… this is French Post one zero nine Tango, calling on 123.5… »

Devant l’absence de réponse à mon premier appel radio, je le réitère d’une voix plus ferme, en prenant bien soin d’accentuer chacun des termes le composant ; mon interlocuteur doit se trouver à près de 300 milles nautiques de notre position et l’Afrique n’est pas réputée pour la grande qualité de sa couverture radio.

«  Khartoum, Khartoum, good morning...this is French Post one zero nine Tango, calling on 123.5… »

Nous avons pénétré l’espace aérien soudanais il y a désormais plusieurs minutes, je commence à m’inquiéter de l’absence de contact radio à laquelle nous sommes confrontés momentanément. Le Soudan n’est assurément pas le pays le plus accueillant que j’entrevois, et il me tarde d’obtenir la confirmation que nous sommes les bienvenus ici... Ultime essai avant de revenir vers Cairo Center, le centre de contrôle en route égyptien avec lequel nous avons été en contact préalablement...

«  Khartoum center, Khartoum center, good morning to you...this is French Post one zero nine Tango, calling on 123.5… »

 

© Carnet de voyage de Guillaume Thomas à découvrir dans Bouts du monde n°32

 

La géopolitique du pilote de ligne
Partager

jeudi 26 octobre 2017 13:36