Commander la revue
Bouts du monde n°315 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

On arrive la tête pleine de ces préjugés forgés par des années de fiction américaine et de docus qui finiraient par rendre parano l’esprit le plus avisé. C’est désolant de constater ce qui forge une opinion… Les immeubles à l’abandon sont censés être des repères de squatters, de toxicos vivant à la cave. Pourtant, en quatre ans, très peu de rencontres et surtout jamais de mauvaise…

Premier soir à Detroit. Nous sommes fatigués, on sort à peine de l’avion, la nuit vient de tomber sur le downtown. On découvre l’essentiel des ruines de la ville : immeubles de bureaux, hôtels, appartements, théâtres et anciens cinémas : tous les buildings qui font la ville américaine moyenne est à l’abandon. On se gare sur un parking qui ressemble presque à un terrain vague, une sirène de police pour l’ambiance. La ville est morte, elle ferait passer Roubaix pour Paris, et Paris pour Tokyo.

Il doit être 18heures, les salary men ont déserté l’endroit (car il y est quand même censé y avoir une vie dans le downtown). On fait le tour de quelques blocs et les seules personnes qu’on croise dans ces rues mal éclairées sont des clochards qui nous demandent si on n’a pas « one buck ». Le décor est planté, et l’accueil est plutôt froid comme prévu, pire sans doute…

© Romain Meffre et Yves Marchand – Etats-Unis – BDM 3

Lien(s)
Le site de Romain Meffre et Yves Marchand