Carnet de voyage Ella Maillard - Au fil de l'Amazone
Carnet de voyage - Colombie

Au fil de l’Amazone

Fainéanter dans un monde neuf est la plus absorbante des occupations. Ella Maillard a appliqué à la lettre l’aphorisme de Nicolas Bouvier, s’inspirant de tout, quatre jours durant, pendant qu’elle descendait l’Amazone entre Leticia en Colombie et Iquitos au Pérou.

-EXTRAIT-

Hier, j’ai laissé mes affaires en Colombie et j’ai marché jusqu’au Brésil. Aujourd’hui, si je traverse le fleuve pour aller à Santa Rosa, je retourne au Pérou. Les frontières sont étranges. Je suis une étrangère partout, et une inconnue aussi. Stranger, foreigner, André m’a fait réaliser très récemment que ce n’étaient pas des synonymes que je pouvais interchanger. Je me dis stranger ; à vrai dire, qui me connaît vraiment ici ? J’enchaîne les rencontres de passage. Je suis un peu fatiguée par le périple, je pense à Lima bientôt avec du soulagement. Je reprends les cours dans une semaine, je suis presque impatiente de retrouver un cadre fixe. Je sais ce que je veux pour ce deuxième semestre, et je sais aussi un peu à quoi m’attendre.

Un peu plus loin, un garçon se savonne depuis de longues minutes avant de se rincer dans l’Amazone. J’ai bien envie de demander au couple qui gazouille de surveiller mes affaires pour piquer une tête moi aussi.

Me voilà à Santa Rosa, assise sur mon sac, le dos contre un poteau à peu près à l’ombre. J’ai changé mes pesos pour des sols, mon passeport est tamponné à nouveau. Me voilà de retour au Pérou. J’ai deux heures de patience sur la terre battue. Quelques poules zigzaguent à travers les quelques brins d’herbe, un couple de Français s’engueulent dans la cabane d’en face. « Tu fais la gueule depuis ce matin. » À côté d’eux, deux Colombiens se regardent tendrement. La femme a des bottes noires impeccables, un miracle avec l’humidité et la boue alentour. Elle a posé sa tête sur les genoux de son amoureux. Ils se sourient et jouent. Un peu plus loin, un garçon se savonne depuis de longues minutes avant de se rincer dans l’Amazone. J’ai bien envie de demander au couple qui gazouille de surveiller mes affaires pour piquer une tête moi aussi. Derrière le mur, une fille et son frère sont assis sur un ancien réfrigérateur en face de l’eau.

Carnet de voyage en Colombie d’Ella Maillard à découvrir dans Numéro 59.

à découvrir aussi

Carnet de voyage de Vincent Piel-Hoffmann - Il fait toujours mauvais à EL Chaltén

Il fait toujours mauvais à El Chaltén

par Vincent Piel-Hoffmann

Vincent Piel-Hoffmann a posé quelques jalons entre les pages de son passeport. Parmi eux : Cerro Torre en Patagonie. Ce n’est pas la crise économique en Argentine ni le mauvais temps à El Chaltén qui l’empêcheront d’admirer cette montagne dont l’évocation est irrésistible. Après ça, il pourra rentrer chez lui, le monde n’a pas besoin…

Matthieu Haag Bouts du monde 36

Lâche le volant, ça passe

Si Matthieu Haag croisait le ministre colombien des Transports, sans doute aurait-il deux ou trois mots à lui dire. Pour résumer, ce n’est pas hyper bien organisé, même si on finit tout de même par arriver à bon port. – EXTRAIT – La politique de la capitale a été transparente : vu la dangerosité de…