A Cuba, du rhum pour les braves

Emmanuel
Michel
/
Cuba
Commander la revue
Bouts du monde n°1815 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage Cuba

Carnet de voyage. La musique, les vieilles bagnoles américaines, les façades colorées et décrépies, les cigares… Emmanuel Michel n’avait pas l’intention d’échapper aux clichés. Mais il n’y a pas que Buena Vista Social Club dans la vie. Un peu à l’écart de La Havane, galopent des vaqueros qui font résonner dans l’imagination du peintre l’harmonica d’un western spaghetti.

– EXTRAIT – 

J’ai atterri. Il est 3h30 du matin heure française, j’ai passé la journée dans l’avion et ne résiste pas à l’appel de La Havane.

Après avoir traversé des quartiers sombres éclairés par les seuls faisceaux de lumières passant par les portes entrouvertes j’arrive dans le centre ville « restauré ». Je finis par débarquer face à la cathédrale.

Digne et fripée, elle trône sur sa place. Elle transpire un passé flamboyant. Des groupes de musiciens pour touristes cadencent l’air…Un Cohiba s’invite à ma table, je l’accompagne d’un Daiquiri, Cuba cherche à me séduire…

L’île est un joyau sali qui dégage une esthétique folle. Les cubains rayonnent d’une désillusion heureuse.

Les écailles des murs sont comme des strates d’optimisme colorées qui font flamboyer les façades. L’embargo a, comme un couperet, isolé et figé net l’île dans les années soixante.

L’isolement du pays impose la débrouille et tout est bon. La récupération, le cumul de petits boulots, les trafics en tous genres, la vente de trois légumes, son corps… Chacun fait avec ce qu’il a, avec ce qu’il peut.

© Carnet de voyage d’Emmanuel Michel à découvrir dans Bouts du monde n°18