Commander la revue
Bouts du monde n°1815 â‚¬
S'abonner
Abonnement 1 an60 â‚¬
Abonnement 2 ans120 â‚¬

Carnet de voyage Irlande

Il n’y a pas un village irlandais, pas un bout de littoral, pas un morceau d’île qui n’évoque à Armelle Bourgeault des airs de musique traditionnelle. C’est d’ailleurs au son du bouzouki et du bodhràn qu’elle a tracé son itinéraire, de Tipperary à Cork en passant par la baie de Dingle. Partout où se racontent encore, dans les pubs, des histoires de musiciens…

– EXTRAIT –

Au dĂ©part, quelques morceaux de musique traditionnelle irlandaise aux noms de lieux Ă©vocateurs : Bere Island, Trip to Nenagh, Spike Island lasses, Trip to Fanore… Puis l’envie d’aller voir sur place pour dĂ©couvrir Ă  quoi ressemblent ces Ă®les, ces villages, ces baies qui ont pu susciter l’écriture d’une chanson ou la composition d’un morceau. C’est ainsi que d’un morceau Ă  l’autre, s’est mis en place un premier itinĂ©raire : de la ville de Tipperary jusqu’au nord du Clare en passant par les bords lumineux du Lough Derg, puis de la baie de Dingle Ă  celle de Bantry pour arriver au sud de Cork, l’aventure a commencĂ©. (…)

Première Ă©tape : Tulla (Tulach, « colline »). Tulla est, au premier abord, un village comme nombre de ceux que l’on trouve en Irlande. Mais bien vite, il devient une peinture, un tableau fauve, balade mouvementĂ©e en compagnie de Vlaminck et Marquet. J’ignore si cela vient du choix de couleur des maisons, de la lumière ce jour-lĂ , de la mĂ©tĂ©o Ă  l’humeur changeante et capricieuse, mais le rĂ©sultant est Ă©difiant : Ă  mesure que s’assombrit le ciel, venteux et colĂ©rique, tous les verts de Tulla se mettent Ă  Ă©clater. Vert vĂ©ronèse des façades, vert Ă©lectrique du rideau de l’épicerie, de l’herbe rase, vert bouteille de la porte d’entrĂ©e du pub, tous se mettent Ă  vibrer devant la noirceur des nuages en colère. Le ciel fait luire les toits d’encre de ses excès d’eau et tous les gris de Tulla deviennent argentĂ©s. Nous nous retrouvons au milieu de tout cela, spectateurs trempĂ©s, mais Ă©tonnĂ©s et ravis d’être dans le tableau. (…)

Nous arrivons à Cobh, port de la ville de Cork, par un soleil tellement radieux qu’il se donne presque des airs d’avoir toujours été là, s’indignant même d’avoir été tant attendu. Cobh, dernière étape du Titanic, Cobh et ses lampadaires dont l’axe penché et la tête de travers, donnent l’impression de sortir directement du pub, Cobh et ses corneilles qui picorent sauvagement les fils électriques pourtant protégés par d’énormes bandages en plastique.

La suite du carnet de voyage d’Armelle Bourgeault est Ă  lire dans Bouts du monde n°18.

quis Donec felis sem, risus. elementum tempus sit