Pendant le temps du voyage, le dessin est l’occasion de s’arrêter pour regarder ce qui m’entoure. Regarder et reporter sur une feuille une image de ce que j’ai vu. Un souvenir, une évocation, une preuve.  Mais le temps du dessin s’imprègne aussi des sons, des odeurs, du vent, du chaud et du froid. Dessiner c’est une manière de comprendre ce que je vois et de sentir ce qui est. Voyages lointains ou voyages de proximité, ma manière de dessiner se veut plutôt documentaire. Chercher le point de vue , le cadrage et la lumière qui vont rendre la nature du sujet évidente voire spectaculaire.

Mais le croquis peut aussi être juste un moyen rapide de noter une forme, un effet de lumière ou une composition.  Quelque chose qui m’a surpris et que je n’aurai pu inventer. Dessiner en voyage c’est se rendre compte que le monde invente plus vite que nous mais tenter tout de même d’en prélever quelques échantillons. Le carnet de voyage est donc un recueil de souvenirs et un outil de travail. Les dessins peuvent être retravaillés ou utilisés tels quels dans le cadre d’une publication.

Ainsi j’ai publié plusieurs livres depuis 2007 dont notamment un reportage très complet sur un site inaccessible aux photographes (L’Arsenal de Toulon – Extrême Eden Editions, 2011) et deux ouvrages sur les paysages agricoles du Var (Cultures d’Azur et Champs Intérieurs – Extrême Eden Editions, 2009/2010).

Depuis plus de 20 ans je dessine aussi dans les cours d’assises pour différents médias. J’ai ainsi couverts plus de 400 procès. Un voyage au cœur des âmes bien loin de la beauté du monde. Mais ça, comme dirait Corto Maltese : « C’est une autre histoire ! ».

Autres publications de Rémi Kerfridin
diam luctus venenatis, nec tempus ut at libero id leo. adipiscing Nullam