Carnet de voyage - Inde

Holi, la fête des couleurs en Inde

Pascal Mannaerts a pris soin d’emballer son appareil photo dans un sac plastique pour le protéger du tourbillon de couleurs qui s’abat sur Vrindavan en Inde. Puis il s’est frayé un chemin comme il a pu dans la foule compacte venue célébrer le dieu Krishna, à Holi, la fête des couleurs.

– EXTRAIT –

Je me rappellerai toujours de ces premiers moments passés dans les couleurs de Vrindavan. Je viens de passer près de cinq heures assis sur mon sac-à-dos à l’arrière d’un bus bondé, venant de Delhi.  Le véhicule s’arrête sur l’autoroute. La voie est barrée, les environs sont noirs de monde, des nuages de poussière flottent dans l’air, sous ce plein soleil de midi.

J’embarque dans un rickshaw pour quelques dizaines de roupies, on trace à travers la foule. Tout le monde avance dans la même direction, en chantant des bhajans, à grands renforts de «Radhe Radhe !», scandés en l’honneur de Radha, l’une des conquêtes de Krishna. Les pèlerins, de tous âges, voyagent en famille, entre amis, en groupes de dévots de Krishna, pendant que l’un ou l’autre baba-ji isolé avance également sur la route, son bâton à la main. La foule est immense et l’énergie qui s’en dégage est une fois de plus incroyable.

Cela fait des années que j’entends parler de la Holi à Vrindavan et Mathura, m’y voilà enfin ! S’aventurer dans la ville sainte de Vrindavan pendant les fêtes de Holi est non seulement une expérience, mais une expédition en soi. L’épicentre des festivités se trouve au temple de Banke Bihari, en plein coeur de la ville, à quelques centaines de mètres de la rivière Yamuna. C’est entre autre là que je compte absolument me rendre, pour immortaliser, par un reportage photo, ces moments de folie indienne.

Carnet de voyage de Pascal Mannaerts à découvrir dans Numéro 28

à découvrir aussi

David Ducoin - Fleuve gelé - Bouts du monde

Revenir sur la Chadar

par Jacques Ducoin

Vingt-cinq ans après, Jacques Ducoin et son fil David sont retournés, accompagnés par le dessinateur Nono, sur la Chadar, le fleuve gelé qui désenclave les vallées du Zanskar au plus fort de l’hiver. Vingt-cinq années au cours desquelles leurs amis ont vieilli et la glace s’est fragilisée. – EXTRAIT – À plusieurs reprises, nous mettons…

Les vieux carnets

Samuel Chardon est-il devenu carnettiste à cause du voyage ? Ou bien voyageur à cause du dessin ? L’un et l’autre sont intimement liés à son parcours. C’est en 1997, en Inde où les sources d’inspiration ne manquent pas pour un artiste, que lui est venue cette idée, cette envie de mettre ses voyages dans…