n°28

Bons dieux !

Automne 2016
Bouts du monde n°2815 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Description

C’est un petit temple construit un peu au-dessus de Muktinath, un village d’altitude népalais qui offre un repos bien mérité pour les marcheurs qui viennent de franchir le Thorong La. Il ne paie pas de mine, et les trekkeurs qui descendent des sommets n’y prêtent en général guère attention. Il y avait là des drapeaux à prières bouddhistes qui ne dérangeaient nullement Prakkash, le guide qui m’avait conduit autour des Annapurnas. Lui était hindouiste et ce jour-là, il se fichait pas mal de mélanger sa liturgie avec celle de son voisin bouddhiste.

Le sacré est-il toujours si bon camarade ? Ou bien dresse-t-il parfois des barrières devant les pas des mécréants ? La question, souvent, se pose pour les voyageurs tiraillés entre la curiosité et la volonté de respecter les croyances. Kares Leroy a pu photographier l’Ashura chiite de Masshad en Iran, mais il ne faut pas trop s’approcher des crémations sur les ghâts de Manikarnika à Bénarès, se faire tout petit dans les monastères survivants du Tibet. Et il est sans doute difficile de crayonner la Kabaa de La Mecque dans un petit carnet moleskine.

La plupart de ceux qui ont franchi le col de Roncevaux sur le chemin de Compostelle n’avaient pas pour viatique la vie des saints. On peut cheminer depuis Saint-Jean-Pied-de-Port sans alourdir son sac à dos de bondieuseries, comme Xavier Vallais, Antoine Bertrandy ou David Dufour. A l’image de la route des quatre-vingt-huit temples au Japon, parcourue par Yann Breton, il s’agit souvent d’une quête personnelle, où la simplicité de la marche permet aux pensées de vagabonder sans entrave.

Il faut voir aussi, sans la craindre, la formidable ferveur que les croyances inspirent. En Inde, Siméon Baldit de Barral peine toujours à réaliser ce qu’il a vu à Allahabad lors de la Kumbh Mela, tout comme Pascal Mannaerts, parti photographier la Holi de Vrindavan. A deux pas de Cuzco au Pérou, Julie Baudin a accompagné une impressionnante foule de pèlerins au pèlerinage de Qoyllurity, où le culte catholique et les traditions préhispaniques cohabitent joyeusement. Les croyants argentins non plus ne s’embarrassent pas d’orthodoxie et invitent volontiers, pour la plus grande joie d’Olivia Pierrugues, quelques divinités païennes à se joindre à eux. La religion ressemble aux hommes. Elle acquiert un supplément d’âme quand elle fait le choix du métissage.

William Mauxion

Les carnets du n°28
Consulter le numéro