Carnet de voyage - Inde

Les vieux carnets

Samuel Chardon est-il devenu carnettiste à cause du voyage ? Ou bien voyageur à cause du dessin ? L’un et l’autre sont intimement liés à son parcours. C’est en 1997, en Inde où les sources d’inspiration ne manquent pas pour un artiste, que lui est venue cette idée, cette envie de mettre ses voyages dans des petits carnets.

– EXTRAIT –

J’avais déjà fait quelques voyages, en famille, en avion ou par voie de terre, en bateau, ces traversées du détroit de Gibraltar. Les dauphins qui suivaient les bateaux accompagnés des bandes de poissons volants. Les escapades dans le désert Algérien, le grand erg et les traversées de l’atlas où les ksour coiffent les sommets se confondant ainsi avec la montagne dont ils sont faits. Les abeilles virevoltant autour des grands thés à la menthe que l’on nous offrait, les bus bondés d’hommes et de femmes étrangement accoutrés de sarouels et de vieilles vestes de costards délavés, de djellabas, de caftans et de petits corsets brodés, du haïk traditionnel tenu d’une main ou épinglé d’une fibule.

Les orangeraies de la plaine d’Alger, leurs couleurs, leurs parfums. Toutes ces images se sont gravées au fond de mon cerveau et j’ai su depuis lors que je voulais devenir voyageur. Cette passion du voyage s’est couplée avec ma passion du dessin car j’ai vite compris qu’il y avait là une source d’inspiration inépuisable pour le jeune dessinateur que j’étais. Après mes études de dessin, j’ai donc tout mis en oeuvre pour poursuivre ce rêve de gosse. S’est ensuivi quelques voyages où je réalisais les croquis d’études nécessaires à l’élaboration d’illustrations à la gouache pour différentes expositions sur le thème du voyage.

Carnet de voyage de Samuel Chardon à découvrir dans Numéro 37

à découvrir aussi

Kumbh Mela : emporté par la foule

Julien Fortin a réussi à quitter in extremis Haridwar. Pour s’échapper de cette folie. La Kumbh Mela, festival hindou qui se tient une fois tous les 12 ans, n’était pas encore achevée, mais l’overdose rodait. En avril 2010, entre 10 et 14 millions de pèlérins ont envahi, plusieurs jours durant, cette ville d’à peine 200000…

carnettiste : Julie Olagnol - Nagaland - bouts du monde

Chez les coupeurs de tête du Nagaland

par Julie Olagnol

Il est préférable de bien s’apprêter et d’observer la coutume pour qui veut rendre visite au roi de Longwa, dans l’Etat indien du Nagaland. Et pour cause, ses ancêtres étaient des coupeurs de têtes. Il subsiste quelques doutes sur la fin de cette tradition ancestrale, que la mondialisation pourrait diluer un jour dans un douteux…