Mission farfelue d'André Malraux dans le Rub al-Khali -José-Marie Bel
Carnet de voyage - Yémen

Mission farfelue dans le Rub al-Khali

N’est pas archéologue qui veut. Même pas André Malraux, qui a entrepris en 1934 une expédition aventureuse au Yémen pour repérer les ruines du palais de la légendaire reine de Saba. Puisqu’il était impossible de se rendre dans le pays, c’est en avion que devaient s’effectuer les recherches et repérages. Une quête de gloire du romancier – futur ministre – qui sera la risée des historiens. Cette aventure farfelue a fait écho chez José-Marie Bel, lui qui a arpenté le désert du Rub al-Khali dans tous les sens.

-EXTRAIT-

Après on service militaire puis un long et salvateur voyage en Amérique du Sud, j’arrive en France le 11 septembre 1973, le jour du coup d’État de Pinochet, pour commencer mes études, d’abord en communication puis ensuite en arts plastiques, ethnologie, architecture. Alors que je travaillais pour la revue Recherche et Architecture, je tombai sur un article de Jean-Pierre Heim de retour du Yémen. […]

« Comment me suis-je mis en tête, il y a trente ans, de retrouver la capitale de la reine de Saba ? »

Pendant des mois, je me suis préparé méthodiquement en bibliothèque, j’ai rencontré des spécialistes, j’ai repris l’apprentissage de l’arabe. Je suis parti pendant cinq mois, de l’Égypte à la Tanzanie. Mon objectif principal était l’Érythrée, le Yémen, Djibouti, l’Éthiopie. Il s’agissait de retrouver mes racines, de vivre sur les pas de Monfreid – rencontré à Paris l’année précédente -, Kessel, Gary, Rimbaud, Burton, Speke et Malraux. Une très longue histoire commence alors en 1974 et se poursuit aujourd’hui cinquante ans après… L’aventure d’André Malraux m’amusa beaucoup. Son aventure rocambolesque réveilla les archéologues et les institutions qui lancèrent grâce à lui des explorations terrestres.

André Malraux avait planté le décor : « Cette terre de légende appelle les farfelus ». « Comment me suis-je mis en tête, il y a trente ans, de retrouver la capitale de la reine de Saba ? », racontait le romancier dans ses Antimémoires, en 1965. Fallait-il que le jeune lauréat du prix Goncourt (La Condition humaine), alors âgé de 33 ans, se lance dans un coup d’éclat, comme s’il s’agissait de faire oublier la déplorable aventure au Cambodge ? Le personnage très singulier était déjà connu pour ses frasques et certaines aventures pleines de paradoxes. D’abord, il réussit à se faire réformer du service militaire en raison de ses tics et de maux imaginaires. Le farfelu, c’est lui, et certainement pas ceux qui l’ont inspiré : Lawrence d’Arabie, Arthur Rimbaud ou l’explorateur Arnaud, découvreur en 1841 du site archéologique de Maareb, l’antique capitale du royaume de Saba perdue en bord du Rhub al-Khali.

Carnet de voyage de José-Marie Bel à découvrir dans Bouts du monde 57

à découvrir aussi

les cités perdues de la forêt de pluie de l'Amazonie

Les cités perdues de la forêt de pluie

par Stéphen Rostain

L’Amazonie est bien plus qu’une forêt primaire. Elle fut le berceau de civilisations préhistoriques et le «foyer d’innovations décisives ». La thèse a eu du mal à s’imposer parmi la communauté scientifique, qui étouffait sous la canopée l’idée d’architecture monumentale. C’était sans compter sur la conviction et l’abnégation de l’archéologue Stéphen Rostain, qui entreprit de fouiller…

Une passion enfouie

par Simon

Le peintre voyageur Simon aurait aimé faire le tour de tous les cailloux de grès disséminés dans la jungle d’Angkor, car chacun d’eux semble raconter une histoire enfouie. Mais pensez donc, il n’a eu le temps de ne dessiner que quelques temples. Et en plus, il a fallu qu’il y retourne plusieurs fois : on ne…