carnettiste : Fabory Mara - Port-au-Prince - Haïti - bouts du monde
Carnet de voyage - Haïti

Port-au-Prince, une ville quand même

Le décor est surréel, réinvesti dans tous ses interstices par les commerces de la débrouille, par l’intensité du quotidien, par une course à la survie indispensable au milieu du chaos général. Mais déjà, un cyclone menace l’événement.

Des cortèges mortuaires se mêlent à la rue qui défile en rendant ses derniers hommages en fanfare. Autour, ce sont mille bruits de vie, de rires, de rage, de musique et de cris…

Un tourbillon de sensations qui vous terrasse dans ce décor de capitale renversée, de maisons détruites offrant autant de passages ouverts que de raccourcis labyrinthiques.

Assis sur une pierre – et j’ai le choix – je commence à croquer ces espaces urbains décomposés et ces lignes brisées. Totalement déstructuré, fracturé, Port-au-Prince est d’une agressivité perturbante.

Par quel graphisme incisif retranscrire cette impression ? Faut-il déchirer, arracher, froisser des pages de mes carnets à l’instar des secousses sismiques ? Comment représenter les stigmates du séisme et ses conséquences humaines ?

Un sentiment oppressant que seul mon crayon pourrait m’aider à dompter, atténuer. Je ne sais pas comment intégrer cette vie demisère qui déambule dans ces décombres dans une sorte de frénésie urgente.

© Carnet de voyage de Fabory Mara à lire dans Bouts du monde n°25

à découvrir aussi

Accro au chaos de l’Inde

par Philippe Cap

Plus d’un milliard d’habitants, un million de Dieux, des milliers d’Ambassadors, des centaines d’éthnies… Le tableau a donné le tournis à Philippe Cap. Ce spectacle fantasmé a été photographié à l’envi, mais peu importe pour ce voyageur accro au chaos de l’Inde et à l’innocence éphémère des scènes de vie. Sur les bancs en bois de la troisième classe d’un…

Voyage au pays des neiges

Des moulins à prières tournent jusqu’à l’épuisement. Ici, pour quelques yuans, on vous change votre morceau d’os de yak, pour que votre prière – enfermée dans le moulin – vienne s’exaucer un jour. C’est là, devant le Jokhang, que j’ai enfin compris que j’étais arrivée à Lhassa. Avant ça, je ne sais pas très bien comment, tout s’était…