Les momies Chachapoyas - Carnet de Julie Baudin
Carnet de voyage - Pérou

Tête-à-tête avec les momies chachapoyas

Son nom signifie « Peuple des nuages ». Il vivait il y a plus de huit cents ans dans le nord du Pérou actuel. Aujourd’hui disparu, le peuple chachapoyas a « appelé » Julie Baudin du fond d’un passé lointain et presque oublié. La voyageuse a découvert avec émerveillement une culture, une histoire et un écosystème fascinants dans une région reculée. 

– EXTRAIT –

Pérou. J’ai vécu en son cœur pendant cinq ans. Cinq années au cours desquelles j’ai vécu non pas comme une voyageuse, mais comme une habitante de ses terres les plus élevées, les plus austères, les plus imprégnées d’histoire. De lui, je n’ai côtoyé, durant ce temps sans saison, qu’un minuscule point sur une carte : Cuzco, ancienne capitale d’un empire, berceau de l’une des civilisations les plus charismatiques du monde. Je me suis tellement prêtée au jeu des Hommes que j’ai cru, un temps, que le Pérou se résumait à Cuzco. J’ai oublié peu à peu tout ce que j’avais connu préalablement à mon installation dans ce « nombril du monde », tout cet « autre » Pérou fait de déserts arides, de métropoles râpeuses, de forêts débordantes, de montagnes capricieuses. J’ai oublié toutes ces langues qui le peuplent et lui donnent sa voix unique et sacrée depuis des âges immémoriaux. J’ai oublié son héritage multiple, la gaîté solaire de ses Costeños (habitants de la côte pacifique), la nonchalance de ses peuples amazoniens, le sens de l’accueil de ceux qui ne voient presque jamais de touristes. 

Mais voilà. J’ai décidé qu’il était temps. Temps de ressortir mon vieux sac à dos, mes chaussures de randonnée et mon goût pour la découverte. Temps d’aller voir ce qui se passe ailleurs, ce qui s’est passé ailleurs sur ce vaste territoire trois fois grand comme la France. Je rêve depuis des mois de m’immerger dans les nuages de la Ceja de Selva, cette forêt tropicale froide et humide du piémont amazonien. Pourquoi cette région, alors que le Pérou regorge de tant de trésors ? Je pourrais choisir ses côtes et ses nombreuses ruines précolombiennes, comme Chan Chan, plus grande cité d’adobe du monde encore visible de nos jours, construite par le peuple Chimu qui atteignit son apogée au XVIe siècle. Ou Chavín de Huantar, site archéologique encore plus ancien, lové dans le giron de la cordillère Blanche. Il y a aussi les pyramides Moches de la lune et du soleil , le lac Titicaca et les mystères de la création inca, ou encore l’Amazonie profonde qui, au contraire du désert qui conserve, rend les choses périssables. Il y a tant de richesses en son sein, richesses archéologiques, culturelles, patrimoniales, sociales, ethniques, linguistiques, architecturales… J’en ai effleuré une infime partie depuis que j’ai foulé son sol pour la première fois en 2006. Mais cette fois, c’est différent. Cette fois, je ressens un appel : celui des nuages, de la forêt, des restes archéologiques chachapoyas, le « peuple des nuages ».

Mon ami liménien Joseluis, vidéaste et photographe passionné par son pays, m’a beaucoup parlé de l’expédition de 1996 qui a consisté à ramener les 214 fardos funéraires chachapoyas et incas des bords du lac des Condors (Laguna de los Cóndores), où ils avaient été entreposés il y a plus de cinq cents ans, jusqu’au village de Leymebamba, à dix heures de marche de distance, afin de les protéger des pilleurs. Suite à cette aventure à laquelle ont pris part des archéologues péruviens et étrangers, ainsi que des porteurs locaux, les restes archéologiques, momies et artefacts, ont été conservés dans ce qui est devenu le musée de Leymebamba. 

Tout dans cette proposition m’attire : connaître enfin Cajamarca, dont j’ai prononcé le nom des dizaines de fois au cours des accompagnements de groupes de voyageurs que je faisais dans les années 2010. Battre la forêt en quête des nombreuses ruines aspirées par la végétation, fouler des restes vieux de près de mille ans, me frotter à une nature vaste et peu habitée.

Le voyage que me propose mon ami ne manque pas de charme : de Lima, partir vers Cajamarca, haut lieu de l’histoire péruvienne où les premiers conquistadors espagnols – Pizarro et ses acolytes – rencontrèrent l’Inca Atahualpa en 1532 avant de le capturer, de rançonner son peuple pour finalement l’exécuter. De là, prendre un bus de nuit pour Leymebamba et tenter les dix heures de marche jusqu’aux mausolées désormais vides des momies chachapoyas de la Laguna de los Cóndores, en compagnie et accompagnés par Don Javier, un guide hors pair pour cette expédition. Ensuite, reprendre la piste et descendre en altitude jusqu’à la ville de Chachapoyas, d’où l’on part découvrir le site archéologique de Kuélap et les sarcophages de Karajía… Un programme à la saveur alléchante d’un passé mystérieux et méconnu.  Tout dans cette proposition m’attire : connaître enfin Cajamarca, dont j’ai prononcé le nom des dizaines de fois au cours des accompagnements de groupes de voyageurs que je faisais dans les années 2010. Battre la forêt en quête des nombreuses ruines aspirées par la végétation, fouler des restes vieux de près de mille ans, me frotter à une nature vaste et peu habitée. Découvrir une nouvelle région imprégnée d’une mentalité et d’une façon d’être différentes. Parcourir des sentiers non battus par les pieds des touristes, partager le quotidien des habitants des lieux, écouter les anecdotes de ceux qui ont « vécu » l’histoire de leur pays… J’ai des étoiles dans les yeux au moment de retrouver Joseluis à l’aéroport de Lima. 

Carnet de voyage de Julie Baudin à découvrir dans Bouts du monde 57

à découvrir aussi

Mission archéologique en Afghanistan - Jean-Louis Ozsvath & Jean-Claude Voisin

Mission archéologique en Afghanistan

par Jean-Louis Ozsvath

La vie de Yedda et André Godard, un couple d’archéologues qui a rejoint la « Délégation archéologique française » en Afghanistan en 1922, ressemble aux épopées dont subsistent parfois quelques images sépia promptes à faire vagabonder l’imagination. Dans le cas présent, il y a aussi un carnet de voyage, tombé entre les mains de Jean-Louis…

Le Machu Picchu au Pérou - Carnet de Perceval

Et soudain apparut le Machu Picchu

par Perceval

Une chose vient à l’esprit en lisant le récit de Perceval : on rêverait d’être à la place de l’archéologue américain Hiram Bigham qui, en 1911, a découvert le Machu Picchu au Pérou, envahi par la jungle. Alors qu’il s’approchait du site oublié, un paysan lui livra une information importante : « Oui, il existe de…