Franck Gourdin

Auteur publié dans Numéro 4

Après avoir travaillé comme ingénieur pour le gouvernement français sur des projets de développement dans le domaine de l’eau, Franck Gourdin est aujourd’hui chargé de missions au Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) dans la région Caraïbe pour la protection et la gestion durable des milieux marins et côtiers. Il a vécu ou voyagé dans plus de 80 pays à travers le monde dont l’Irak, l’Afghanistan et la Corée du Nord. C’est un passionné de Nature et de défis sportifs en tout genre, fasciné par les relations humaines. Il cherche à faire partager ses expériences souvent hors normes avec le plus grand nombre à travers ses carnets de voyage.
«J’aime les voyages. Ils m’enrichissent et me font grandir. Je considère aussi le voyage comme un échange : en voyageant je vais recevoir, sentir, éprouver, découvrir, me faire surprendre, parfois être émerveillé, et je me dois alors d’essayer de rendre la pareille, en laissant à l’Autre quelque chose, à la fois par mon attitude sur place, mais autant que possible par des actes. L’enrichissement doit être mutuel. Il faut être acteur plutôt que spectateur, cela sans juger (ce qui n’est pas toujours facile). Ce carnet de voyages exotique me permet aussi, aussi imparfait soit-il, de rendre compte un peu de toute cette Beauté qui nous entoure, Beauté des gens, Beauté de la Nature. L’être humain est une espèce fascinante, parfois décourageante, capable du meilleur comme du pire. Combien de fois déjà me suis-je dit, écœuré une fois de plus par l’actualité : « Bon, il n’y a vraiment rien à espérer de l’homme, j’ai trop honte, mieux vaut aller jouer l’ermite dans un coin de Nature encore préservé et laisser ces fous s’étriper et détruire notre merveilleuse planète. Et puis de toute façon c’est perdu d’avance! Qu’y puis-je moi petit homme?! »… Mais toujours dans cette même actualité, un peu plus loin dans un entrefilet, ou sur le terrain, j’y découvre un Homme, une Femme, qui quelque part réalise des miracles au quotidien, quelqu’un qui n’a pas renoncé, et dont l’énergie et le courage forcent le respect et l’admiration. Cette personne entraîne derrière elle d’autres personnes qu’elle inspire. J’oublie alors l’envie de jeter l’éponge et me remet bien vite en selle, honteux de mes propres faiblesses. Le monde est beau, si vous êtes capable de le regarder au delà des médiocrités humaines, et il a besoin plus que jamais aujourd’hui de toutes les énergies vaillantes pour le rester.»