Guillaume
Millet

États-Unis

Né en 1979, Guillaume Millet vit et travaille à Nantes.

Il endosse le sac de voyage pour la première fois à 23 ans, alors qu’il doit rédiger un mémoire de recherches en Géographie. Direction Szeged, au sud de la Hongrie. Avec la frontière pour sujet d’étude, déjà. Ce travail d’investigation validera sa préférence pour le voyage long et lent, propice à l’observation et la contemplation. Il ne rapporta aucune image de cette aventure, si ce n’est quelques illustrations produites à l’appareil jetable pour illustrer son travail d’étudiant.

Il s’éloigne ensuite de l’écriture scientifique pour exprimer de manière plus libre et plus ou moins consciente son rapport au monde. L’appareil photo, qu’il rencontre des années plus tard, l’incite alors à l’exploration et au questionnement.

Sa démarche photographique est influencée par son parcours universitaire de géographe. Il effectue plusieurs voyages à travers l’Europe et en Amérique du Nord. Toujours en mouvement, jamais très loin du sol. Ces itinérances sont l’occasion d’évoquer les constructions humaines, réelles ou fictives. Il observe moins un espace réel qu’un espace vécu, un territoire délimité où l’Homme projette ses doutes et ses convictions, ses contradictions et ses fantasmes.

En 2016, son travail « Nos territoires fragiles », fruit d’un voyage entre Rome et Istanbul, est sélectionné au festival Itinéraires des Photographes Voyageurs de Bordeaux et aux Rencontres Photographiques de Castelfranc.

En 2017, l’association Fontaine Obscure d’Aix-en-Provence l’invite à montrer ses tirages petits formats de la série « The Frontier » en regard des grands formats de l’artiste chinois Zhang Kechun. Ce « regard croisé » sera exposé à Pékin en 2018.

Auteur publié dans ...