Carnet de voyage au Pérou, Rudi Agostini, récit de voyage, Bouts du monde
Carnet de voyage - Pérou

5130 mètres

Rudi Agostini n’a pas pu aller plus loin. Cloué au camp de base par un mal aigu des montagnes, il a regardé, la mort dans l’âme, son copain Nicolas s’en aller vers le sommet de l’Huyana Potosi, au Pérou. Lui se contenterait de prendre la plume pour coucher sur le papier tous les détails de cette belle aventure initiatique.

 

– EXTRAIT –

Pendant deux jours, nous servons de plateau-repas aux moustiques, nous respirons un parfum délicat d’animaux morts mêlés de détritus, nous avalons la poussière des voitures et nous marchons sur la route goudronnée, ce qui finit par nous détruire les genoux et les cuisses. Du neuf, de l’inédit ? C’est sûr. De la fraîcheur ? Pas vraiment. La vallée de Lujin est assez terne. Les montagnes crevassées s’ouvrent sur des étendues désertiques, l’épais nuage grisonnant accroché aux cieux est pour beaucoup dans l’aigreur du paysage. Ces deux jours nous laissent une saveur amère collée au palais. Nous savons que c’est au début du voyage qu’il faut être le plus fort moralement, car toute notre vie est chamboulée et la routine, bien installée dans nos vies confortables, est délogée à coups de burin. Cependant, là, notre mental a pris une jolie paire de baffes.

 

Carnet de voyage de Rudi Agostini et Nicolas Hébinger, à découvrir dansNuméro 29

à découvrir aussi

Photo voyage - Paule & Arthur - Himalaya - Bouts du monde

Des cimes & des ornières

par Arthur David

Carnet de voyage. Juin 1991. Paule et Arthur sont parmi les premiers étrangers à parcourir à vélo la route entre Manali, Leh et Srinagar au Ladakh. Un chemin dantesque et fabuleux où la beauté du paysage le dispute à la rudesse du quotidien. – EXTRAIT – Calicots tendus, affiches murales, drapeaux, Manali est en effervescence.…

Bolivie : le souffle court

par François Remodeau

Carnet de voyage Bolovie. Le vent glacial fouette le visage de François Remodeau pendant qu’il lève la tête en direction du sommet des géants qui culminent à plus de 6 000 mètres. Un sac trop lourd, une marche hésitante, une pente trop raide. Les volcans Parinacota et Sajama ne souffrent aucune faiblesse. Pour rejoindre les…