Angkor, centre du monde

/
Cambodge
Commander la revue
Bouts du monde n°3515 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage Cambodge

Il n’y a pas besoin de tout connaître des significations des sculptures et bas-reliefs pour être touché par la féérie des temples d’Angkor. Bruno Deniel-Laurent le sait bien. Mais il a tenu à en apprendre le plus possible avant de s’autoriser à pénétrer ces ruines qui étaient jadis le « centre du monde ».

 – EXTRAIT –

Longtemps, j’ai refusé de me rendre à Angkor. À chacun de mes séjours cambodgiens, j’évitais soigneusement de visiter ce que la novlangue de l’industrie touristique appelait déjà « le spot incontournable de l’Asie du Sud-Est », lui préférant des horizons moins courus. Cette résolution, à laquelle je me suis tenu lors de mes six premiers voyages au pays des Khmers, n’était pas motivée par le snobisme, le désintérêt culturel ou la peur des foules : je voulais simplement être sûr de mériter la cité antique, me gargarisant de ma frustration grandissante, persuadé que le désir maîtrisé était une bonne dynamique d’approche.

Tout en me confrontant aux quatre horizons du Cambodge – de Pailin au Ratanakiri, des quartiers rosâtres du port de Sihanoukville jusqu’aux districts chams de Phum Trea –, je me préparais à la rencontre ultime. Et chaque année, la lecture des glorieux pionniers de l’École française d’Extrême-Orient m’exaltait toujours plus.

Carnet de voyage de Bruno Deniel-Laurent à découvrir dans Bouts du monde n°35

Autres carnets

leo sem, elementum Nullam amet, Praesent fringilla nec