Simon Hureau - Togo - Bouts du monde
Carnet de voyage au Togo

Initiation sur les pistes rouges

Le rêve et un paquet de fantasmes ont conduit Simon Hureau, âgé alors d’une vingtaine d’années, sur les chemins de latérite du Togo. Un voyage fondateur, au crépuscule du siècle dernier, dont il n’a rien oublié, ni les odeurs, ni la sensation du chaleur, ni l’euphorie de la découverte. Arrivé comme un oiseau tombé du nid, il s’est vite affranchi de ses appréhensions.

EXTRAIT :

J’en rêvais depuis si longtemps, ça ne pouvait être que l’Afrique. L’Asie, insidieuse et tenace, n’a pas attendu longtemps derrière pour me prendre dans sa toile, mais pour le présent, c’était le continent noir qui m’avait jeté un vieux sort. Y dénicher une destination, un argument de voyage, ne s’est pas fait tout seul, mais le système des chantiers d’entraide internationale m’a paru offrir un bon prétexte à choisir une destination plutôt qu’une autre : j’irais au Togo planter des arbres.

J’avais tout juste 20 ans, je n’avais jamais quitté l’Europe, et mon expérience en termes de voyage en solo – émancipation tardive – se limitait à une dizaine de jours à vélo dans le Luberon. Les vacances en famille s’étaient toujours limitées à ce qui pouvait se rejoindre en voiture depuis la Normandie ; on peut le dire, j’étais relativement vierge. Mais en parfaite confiance, mon aimantation pour l’Afrique me donnait des ailes, comme un sentiment d’aller voir une très vieille tante trop longtemps oubliée, mais indubitablement de la famille.

J’avais entendu parler de cette seconde où, en sortant de l’avion, une torride bouffée d’air humide chargée d’une odeur nouvelle et ensorcelante vient vous envelopper pour ne plus vous quitter. Grand sourire intérieur à me faire attraper comme prévu, la sensation m’a aussitôt plu.

Je ne me trompais pas, et elle ne manquait pas de charisme, la vieille tante ; elle m’a subjugué. À quoi m’attendais-je ? J’avais entendu parler de cette seconde où, en sortant de l’avion, une torride bouffée d’air humide chargée d’une odeur nouvelle et ensorcelante vient vous envelopper pour ne plus vous quitter. Grand sourire intérieur à me faire attraper comme prévu, la sensation m’a aussitôt plu. En revanche, mon avion atterrissait à Lomé au beau milieu de la nuit. Pas d’autre choix que de différer au lendemain mes premières impressions, le noir régnait en maître dans ce pays qui respectait la nuit en ne cherchant pas à tout en éclairer. Je m’apprêtais à chercher dans l’aéroport un banc où passer la nuit, mais quelqu’un m’attendait, sans doute n’était-ce pas plus mal… Une autre Française étant arrivée dans l’après-midi pour participer au même chantier d’entraide que moi, nous partirions ensemble le lendemain. Pour l’heure, la voiture circulait dans une ville étonnamment obscure et vide, seulement ponctuée de barrages armés auxquels il fallait rendre des comptes ; nous finîmes par arriver, après avoir quitté le goudron, dans un quartier périphérique aux ruelles complètement défoncées. On me présenta Laura, en même temps que le confort spartiate de ce qu’il convenait d’appeler une chambre, et le sommeil se chargea du reste.

C’est au réveil que j’ai enfin pu faire connaissance avec l’Afrique. Se lever, saluer, semi-obscurité, sortir de la baraque, embrumé, pour prendre la température, et se prendre la rue, ce bouillon de vie perpétuelle dans la figure ! Sauvage mixture d’activités humaines de toutes sortes, d’animaux un peu partout, de végétation anarchiste s’égaillant tout le long d’un ruban de terre rouge au relief chaotique… En une seconde, j’étais affranchi.
Carnet de voyage de Simon Hureau à découvrir dans Bouts du monde 46

à découvrir aussi

Nicolas Roux - Afrique du Sud - Bouts du monde

Vers l’origine

par Nicolas Roux

Les animaux du « big five » s’affichent sur les billets de banque d’Afrique du Sud, histoire de rappeler qu’il faudrait se soucier du sort des lions, éléphants, buffles, rhinocéros et autres léopards. Pour le plus grand bonheur du dessinateur Nicolas Roux, subjugué à jamais par la majesté de cette nature sauvage avec laquelle s’est tissé un…

Maxime Lelièvre - Lesotho - Bouts du monde copie

Etre à la hauteur

Au Lesotho, qu’il a arpenté à pied avec sa compagne Justine, Maxime Lelièvre avait une exigence, un principe non négociable : plonger avec entrain dans tout ce qui rompt avec son quotidien et se laisser porter par les rencontres. EXTRAIT : Le vent, maître des lieux, souffle en permanence. À mes pieds des milliers d’années de pluie…