Commander la revue
Bouts du monde n°2715 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage États-Unis

Carnet de voyage. À travers les vitres des Greyhound, Gaëlle Noémie Jan a cru percevoir la noirceur de l’Amérique, celle qui se terre dans les gares routières, l’Amérique fatiguée qui ne prend pas l’avion, celle qui sent la friture et qui sacrifie quelques bucks pour un café imbuvable, celle qui prend froid dans un hall surclimatisé.

– EXTRAIT –

Décider de voyager en bus Greyhound, en Amérique du Nord, c’est un peu jouer à la loterie. Beaucoup même. L’heure, le décalage, les correspondances, tout cela devient futile. Plus les trajets sont longs, moins il est nécessaire de regarder sa montre et encore moins de s’ennuyer à la régler aux fuseaux horaires. Tout ce qui compte, une fois à bord, c’est que le bus roule. Il ne reste plus qu’à se laisser guider et prendre son mal en patience. Pour peut-être tirer le bon numéro et atteindre la destination comme prévu initialement.

Un premier essai singulier me pousse à retenter l’aventure, en solo. Deux mois plus tôt, c’était en duo. Trois bus. Trente-quatre heures. Une frontière. Sept États traversés. Quinze gares. Deux nuits et une journée pour rejoindre Nashville, Tennessee, États Unis, depuis Montréal, Québec, Canada. New Jersey, Delaware, Maryland, Virginie.

Les États se succèdent. trente-quatre heures où le jour et la nuit n’ont plus vraiment de sens. Au fur et à mesure que les kilomètres défilent, les repères vacillent, les sens sont bousculés. Bienvenue dans l’expérience Greyhound. En plein cœur d’un mythe, celui de l’appel de la route, des grands espaces et de la liberté, l’Amérique et sa noirceur se dévoilent peu à peu. On bascule dans un autre monde.

 

Carnet de voyage de Gaëlle Noémie Jan, à découvrir dans Bouts du monde n°27.