Carnettiste : Eric Naigeon - Rhône - France - fleuves - bouts du monde
Carnet de voyage - France

L’aventure au fil du Rhône

Après avoir navigué pendant près de dix ans sur des voiliers, Eric Naigeon est rentré au port. Mais c’est difficile de renoncer au plaisir de voyager. Il a trouvé la solution en allant chercher le bout du monde au pas de sa porte : quatre jours de navigation sur le Rhône à moins de cent kilomètres de chez lui.

Encore une rafale comme celle-là et je ne donne pas cher de mon mât. Je pense à voix haute et cela me rassure en condamnant au silence, pour quelques instants, les pires scénarios que mon esprit ne cesse de m’asséner. C’est vrai, je n’en mène pas large, le canoë chargé jusqu’à la gueule vient de gîter jusqu’au liston et, malgré mon système de dérives latérales, je ne parviens pas à tenir mon cap et glisse dangereusement vers le milieu du Rhône où les crêtes des vagues sont arrachées par un mistral en furie, sans parler du risque que représentent les nombreuses péniches de fret que je croise.

Mon canoë, je le connais comme personne, je l’ai construit l’hiver dernier dans mon garage. Je suis convaincu de sa solidité depuis qu’il a encaissé de se retrouver couché, bloqué par un rocher, subissant les centaines de kilos de pression du vif courant hivernal de la Sorgue. Mais je sais aussi que chargé comme il l’est, il coulera comme du plomb si je négocie mal la prochaine survente.

Carnet de voyage d’Eric Naigeon à lire dans Bouts du monde n°25

à découvrir aussi

Carnet dessiné de Lou Blaster dans la jungle de Calais - Bouts du monde

La jungle de Calais, ville éphémère

Il y avait une ville à cet endroit. Une ville avec ses commerces, une ville aves ses restaurants, une ville avec ses fêtes. Une ville où Loup Blaster a fait mille rencontres : dans la jungle de Calais. – EXTRAIT –  Eté 2016. Je passe à vélo devant les CRS qui me suivent du regard d’un…

Les fantômes du Yang Tsé Kiang

par William Mauxion

Janvier 1999. Dans le vieux rafiot qui serpente au fond de la vallée des Trois-Gorges, François-Emmanuel Gys et William Mauxion regardent ces villes en sursis qui attendent d’être recouvertes par la montée des eaux que doit provoquer la construction du plus grand barrage du monde. On a embarqué le soir, assez tard. Je me souviens…