Commander la revue
Bouts du monde n°1715 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage France

Se souvient-on du premier regard que l’on pose sur une ville ? Claire Hallé, partie s’installer à Marseille comme elle serait partie voir du pays, l’a immortalisée sur des polas au fil de la découverte des 111 quartiers de la porte de l’Afrique et de l’Orient.

– EXTRAIT –

Je suis arrivée à Marseille au tout début de l’année 2013 pour y vivre. Cette ville qui attise tant les passions m’attirait. Bien sûr pour sa lumière – venant de Paris ça n’étonnera personne, pour son site naturel hors du commun et pour sa localisation stratégique au centre du Sud de la France…

Mais pas seulement.

J’avais le sentiment que Marseille était une ville qui me correspondait. Je n’y avais pourtant jusque-là passé que quelques week-ends et en avais bien sur entendu le pire comme le meilleur. Mais cela faisait déjà en soit deux bonnes raisons d’aller en juger par moi-même : à l’envie de changement s’ajoutaient l’excitation de la découverte et l’attrait – pour l’urbaniste que je suis – d’une ville complexe et en pleine mutation.

Nouvelle vie, nouveau job, nouveau départ. Perdre ses repères pour mieux en prendre de nouveaux. Laisser la ville et ses habitants vous surprendre et vous apprivoiser.

Passé le temps de l’installation, Marseille a bien tenu ses promesses, le quotidien offrant son lot de découvertes.

Comme j’avais depuis quelques années pris l’habitude de le faire en voyage, j’ai cherché un moyen de garder une trace – matérielle, personnelle et sensible – de toutes ces “premières fois”. Le Polaroid m’est rapidement apparu comme un média idéal, pour son côté imprévisible et spontané bien sûr, mais aussi pour l’interaction qu’il crée avec les gens.

Finalement, découvrir Marseille allait être comme un voyage au quotidien. Après avoir trop souvent couru pour découvrir des villes en quelques jours seulement, quel luxe d’avoir cette fois le temps…

Le temps de parcourir un à un ces lieux aux noms plus ou moins familiers. Ces noms chantants, qui font à eux seuls voyager et raisonnent dans les conversations comme autant de repères d’une cartographie mentale collective : la Côte Bleue, l’Estaque, les Goudes, la Pointe Rouge, la Corniche, le Roucas Blanc, Endoume, le Vallon des Auffes, le Frioul, la Belle de Mai…

Carnet de voyage de Claire Hallé à découvrir dans Bouts du monde n°17.

at elit. amet, sed non quis ut