photographie © Antoine Besson

Né à Paris en 1985, Matthieu Delaunay prend goût à la randonnée en compagnie de François Klein, avec qui il arpente à pied les Écrins sur le GR54 et la Corse sur le GR20.

À l’hiver 2010, les deux amis entreprennent un voyage à vélo en direction de Vladivostok. Après avoir peiné à sortir de France du fait de la double fracture de la mâchoire que Matthieu s’est faite à 3 kilomètres de la frontière espagnole, ils poursuivent le voyage au Maghreb, puis vers la Libye en pleine guerre civile. D’Égypte, ils gagnent la Jordanie via le désert du Sinaï mais sont contraints de renoncer à traverser la Syrie qui vit ses premières heures de la guerre qui continue de faire rage dans le pays. D’Istanbul, ils gagnent le Kurdistan turc, puis pédalent vers la Chine via l’Asie centrale, traversent le désert de Gobi et parviennent à Oulan-Bator. De là, ils continuent jusqu’à Vladivostok, qu’ils atteignent à la fin du mois de septembre 2011. Le retour à bord du Transsibérien s’interrompt sur les rives du lac Baïkal, où Matthieu sort miraculeusement vivant d’une chute de 200 mètres dans un ravin. François Klein termine la route seul, et retrouve son compère fin novembre à Lyon, au terme de dix mois d’équipée et 18 000 kilomètres parcourus.

À son retour, Matthieu Delaunay s’est établi à Bayonne où il a été journaliste à La Semaine du Pays basque pendant dix-neuf mois. Il a signé par ailleurs plusieurs articles pour des magazines (WiderBouts du mondeTop vélo magazine) et donné, avec son fidèle compagnon de route, plusieurs conférences sur leur voyage à vélo.

Après sa jolie parenthèse basque, Matthieu Delaunay est parti à Paris pour travailler comme journaliste au magazine Asie reportages de l’ONG Enfants du Mékong. Asie reportages est un magazine de photoreportages qui traite de la réalité que vivent les enfants et leurs familles en Asie du Sud-Est.

De 2014 à 2017, Matthieu Delaunay a eu l’occasion de partir sept mois en reportage sur le terrain, du Yunnan aux Philippines, la jungle birmane, sous les pluies de la mousson thaïe ou à travers les bidonvilles de Phnom Penh. De ses reportages, il a tiré un livre « Un parfum de Mousson », paru aux éditions Transboréal à la fin de l’année 2016.

À l’été 2017, Matthieu Delaunay part pour Montréal, emmené par sa femme Charlotte qui poursuit ses études en épidémiologie à l’université McGill. Après plusieurs mois à exercer le beau métier de libraire et de coauteur pour Ulysse, maison d’édition spécialisée dans les guides et récits de voyage, il devient en mai 2018 responsable des communications de la fondation Paul Gérin-Lajoie. Fondée par le premier ministre de l’Éducation du Québec, cette ONG œuvre depuis quarante ans au développement et à la promotion de l’éducation auprès de différents villages et communautés d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina, Guinée, Mali et Sénégal), mais aussi en Haïti et au Canada.

Autres publications de Matthieu Delaunay
diam id mi, commodo adipiscing Donec libero ut