Clément Martin - Xinjiang à vélo - Bouts du monde
Carnet de voyage - Chine

Aventure interrompue au Xinjiang

Le désert du Taklamakan, Kashgar, la route du Karakoram qui serpente au pied du Muztagh Ata ; en septembre 1991, Clément Martin a des rêves plein la tête quand il enfourche sa bicyclette à Urumqi. Mais le régime chinois veille au grain dans le Xinjiang. Déjà.

– EXTRAIT –

Avec le prétexte de rendre visite à mon frère installé à Pékin, je suis parti pédaler en Chine. À peine débarqué à Pékin, je m’étais donné trois mois pour relier Karachi, ville du Pakistan occidental, port de la mer d’Oman. Aussi, après quinze jours de capitale, j’abandonnai le flot pékinois, les embouteillages de vélos, les chargements incongrus.

Mon vélo démonté, je pris le train pour débarquer, 72 heures plus tard, le 23 août, à Urumqi, capitale du Xinjiang, province occidentale chinoise et point de départ de mon périple à VTT. Le vélo dans un sac, mes bagages sur le dos, je me frayais un passage dans la cohue, creuset bigarré, échantillon cosmopolite. La présence insolite de mon VTT démonté à mes pieds provoqua un attroupement de badauds. Un militaire galonné voulut s’occuper de tout. Il monta lui-même le vélo et arrima mes bagages. Ainsi, l’expédition pouvait commencer.

J’étais dans le Tian Shan avec une carte touristique du Xinjiang très approximative ; elle n’indiquait ni les cols, ni les altitudes. Les quelques personnes que je croisais me faisaient signe que la route montait raide, mais je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait réellement.

Rouler dans Urumqi était facile, les avenues étaient larges, la circulation peu importante. Il me fallut quatre heures pour sortir de la ville en direction du sud, les gens me renseignaient mal ou je ne comprenais pas leurs indications. Enfin, je pédalais en direction des montagnes. La chaleur était accablante, la sécheresse craquelait le sol poussiéreux. Au début, mal accoutumé à mon chargement – à l’arrière un sac à dos de quinze kilos, à l’avant un autre avec mon matériel photo – je gérais difficilement mon équilibre. Je trouvai des montagnes dès la fin du premier jour. La route n’était plus asphaltée, elle s’enfonçait dans une gorge profonde. Mon vélo dérapait sur les graviers alors qu’en contrebas, il y avait un ravin de cinquante mètres et au-dessus de moi des falaises de cent cinquante mètres.Mon VTT progressait bien. Je passai la nuit dans une ville minière à 2 500 mètres d’altitude.

J’étais dans le Tian Shan avec une carte touristique du Xinjiang très approximative ; elle n’indiquait ni les cols, ni les altitudes. Les quelques personnes que je croisais me faisaient signe que la route montait raide, mais je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait réellement.

Carnet de voyage de Clément Martin à découvrir dans Bouts du monde 49

à découvrir aussi

Jérémie Bonamant - Vietnam à Vélà - Bouts du monde

Tout dessiner, pédaler partout

par Jérémie Bonamant Teboul

Dans le delta du Mékong au Vietnam, Jérémie Bonamant-Téboul a bien failli s’endormir sur le guidon de son vélo ou sur sa planche à dessin. Parce qu’il ne voulait pas perdre une miette de ce nouveau monde qui s’offrait à lui ? Ou bien parce que tout dessiner et pédaler partout lui évitait de se retrouver seul face…

Simon Bouts du monde Chine

La montagne aux joues percées

par Simon

L’émerveillement le dispute au désenchantement. Simon, parti marcher avec son ami Patrick le long des rives du fleuve Jaune et dans le Qinghai, a dessiné une ébauche du Tibet, dont le trait est suffisamment précis pour se glisser dans un pli de l’espacetemps. L’idéal pour retrouver l’insouciance perdue à Pékin. Xining, capitale de province, tient…