Commander la revue
Bouts du monde n°2315 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage Inde

Après deux mois passés dans la nonnerie de Pichu au Zanskar, Linda Bortoletto s’est retrouvée piégée par l’hiver. La voyageuse aurait d’abord voulu que la neige cesse rapidement pour rejoindre la vallée. Mais autour du poêle où se consumaient lentement les bouses de yaks, elle a fini par s’accommoder du temps qui s’écoulait lentement, au son des mantras de ses amies Yangskit et Abi Lobsang.

Le Chadar s’était refermé derrière moi. Cela devait durer une semaine. Puis deux. Et le temps s’était ensuite suspendu. Plus personne ne viendrait. Plus personne ne repartirait. Le Zanskar avait rendu son verdict : je devais rester. Sous l’air des mantras des nonnes bouddhistes, le feu faiblit. La chaleur qui nous effleurait s’évanouit rapidement. Je sortis pour récupérer du bois. Dehors, la neige demeurait imperturbable. Depuis deux semaines, elle balayait le paysage sans relâche. Elle nous isolait chaque jour d’avantage de “ceux qui vivaient derrière les montagnes”.

Mon rêve de vire un hiver dans l’Himalaya était teinté de nuances blanches. Mais lorsque les montagnes s’écartèrent et que le Zanskar se découvrit à moi, tout n’était que pierres et poussière. J’étais entourée de nuances fauves. Une légère déception accompagna ce constat. Au fond j’avais souhaité cette neige qui m’empêchait désormais de repartir.

L’impossibilité de repartir à temps m’avait troublée, inquiétée. Mon visa était arrivé à expiration, mes billets d’avion étaient perdus, mais je vivais là-bas des instant précieux. Je me devais de les vivre à la hauteur de ce qu’ils valaient. Cette glace sur ma fenêtre au réveil, cette odeur âcre qui se dégageait des excréments de yaks dans le feu, cette poussière omniprésente à l’intérieur des chambres, cette heure de marche pour puiser l’eau derrière le village, ces sourires glissés entre deux tasses de thé. Tous ces détails constituaient l’essence du Zanskar. Hors du temps, hors de tout, cette vallée isolée était emplie d’une intensité et d’une sincérité rares. Elle possédait le secret d’un élixir oublié : l’élixir de la sérénité.

Carnet de voyage de Linda Bortoletto dans le Bouts du monde n° 23.

eleifend venenatis ipsum et, facilisis lectus non mi, sem, ut