Photo voyage : la foule sur Nathan Road à Hong Kong
Carnet de voyage - Hong Kong

Hong Kong, source d’énergie

Il faut l’enthousiasme du photographe Pascal Mannaerts pour rivaliser avec l’énergie de Hong Kong, ville démesurée, inspirante et inépuisable où tous les univers se bousculent sans cesse.

-EXTRAIT-

Début juin 2017, j’atterris à Hong Kong. Un pur bonheur de me retrouver dans ce coin de la planète, à savourer les extrêmes et les contrastes de cette ville mythique et de la démesure. Avec ses allures de mégapole futuriste et sa culture résultant de centaines d’années d’immigration et d’influences, Hong Kong est devenue l’une des villes les plus attrayantes d’Asie. Terre de libertés, terre des affaires, des ancêtres… Hong Kong fascine. De ses temples enfumés à ses gratte-ciel et résidences emblématiques, de ses marchés populaires à ses centres commerciaux démesurés, de ses quartiers traditionnels à l’effervescence de sa vie nocturne, la ville rayonne d’une incroyable énergie. L’Orient et l’Occident s’y frôlent et s’y bousculent et donnent à Hong Kong son caractère unique.

Mes plus beaux moments sont ceux passés avec les Hongkongais, à m’imprégner de leur dynamisme et de la mosaïque de leurs inspirations. Hong Kong, c’est cette impression d’infinité dans ses délires urbains et aussi dans la diversité de ses gens. Un peu à l’image de ces mille et une lumières qui scintillent de partout une fois la nuit tombée, illuminant la ville et ses plus de sept millions d’âmes. Hong Kong fait partie de ces endroits sur Terre particulièrement addictifs car ils sont inépuisables. Les tendances des plus variées s’y retrouvent, comme un concentré de monde sur quelques kilomètres à peine.

(…)

En fin de journée, je me balade dans le quartier de Quarry Bay, réputé pour être assez photogénique avec ses anciens complexes d’immeubles. Je rencontre Kashii. Il a 12 ans. Il est né à Hong Kong et y vit avec sa famille. Ses parents sont d’origine pakistanaise. Nous sommes le 3 juin 2017, en plein mois de ramadan. Il est 19 heures. Dans quelques minutes, Kashii rompra le jeûne avec sa famille. Ils m’invitent à partager le repas avec eux, dans la boutique que son père tient au pied de l’immeuble où ils vivent. Ils se rendront ensuite à la mosquée pour la prière du soir. Une soirée inoubliable.

Carnet de voyage de Pascal Mannaert à découvrir dans Numéro 35

à découvrir aussi

Si la Transnistrie n’existait pas, il faudrait l’inventer…

Évidemment, peu de tour-opérators proposent la Transnistrie. Ce qui est bien dommage. Car ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve dans le grand nulle part. Dans un trou noir géopolitique, un pays autoproclamé, avec son drapeau, son armée, sa monnaie ou son passeport qui ne sert à rien puisque la république sécessionniste…

Carnet de voyage de Christophe Pons-Capitaine dans la forêt de la Montagne Noire.

En forêt, des liens invisibles

par Christophe Pons-Capitaine

Un jour, Christophe Pons-Capitaine s’est senti un peu empoté. Au retour d’une expédition dans la forêt équatoriale de Centrafrique, il réalise qu’il ne connaît rien de sa forêt, près de chez lui. Alors pendant un an, cinq jours par semaine, il a arpenté la forêt de la montagne Noire, dans le Tarn, rétablissant des liens que l’époque…