aquarelle, gironde, France - carnettiste, Sophie Bataille - Bouts du monde
Carnet de voyage - France

L’estuaire a tire-d’aile

En suivant le fil de l’eau sur leur bicylette, Stéphanie Lafitte et Sophie Bataille ont su écouter les pêcheurs et les ornithologues, les arbres et les oiseaux, qui tous ont une histoire à raconter sur l’estuaire de la Gironde, bien moins calme qu’il n’y paraît.

– EXTRAIT –

Rares touristes, qui s’encadrent dans les hublots pour profiter au chaud du paysage ou se photographient courageusement sur le pont. Sophie dessine, adossée à la grosse ancre. Appuyée au bastingage durant toute la traversée, une femme inconnue pleure, soutenue par une autre plus âgée, bras serrés autour des épaules, comme pour empêcher un naufrage.

Puis déjà, c’est l’arrivée et les premiers tours de pédale dans la grande rue de Blaye… Un moment plus tard le vent nous cueille sur les faux plats des coteaux : direct dans le nez ! Remontée vent debout autour de la silhouette imposante de la centrale nucléaire de Braud-Saint Louis, en passant sous les lignes haut-tension qui dessinent leurs portées en ombre sur la route. Déjà les oiseaux sont partout : volutes et traits dans le ciel, silhouettes à l’affût au milieu des joncs.

Et voici, la première cigogne, qui s’envole là, tout près, passe au dessus de nos têtes et se pose de l’autre côté de la route.

 

Carnet de voyage de Sophie Bataille et Stéphanie Lafitte, à découvrir dans Numéro 25

à découvrir aussi

Carnettiste : Eric Naigeon - Rhône - France - fleuves - bouts du monde

L’aventure au fil du Rhône

par Eric Naigeon

Carnet de voyage France. Après avoir navigué pendant près de dix ans sur des voiliers, Eric Naigeon est rentré au port. Mais c’est difficile de renoncer au plaisir de voyager. Il a trouvé la solution en allant chercher le bout du monde au pas de sa porte : quatre jours de navigation sur le Rhône…

Le Bois-Rosé dans la tempête. ©Anita Conti - Fonds Anita Conti - Ville de Lorient

Embarquer avec Anita Conti

par Laurent Girault-Conti

Laurent Girault-Conti œuvre depuis des années pour porter la mémoire de sa mère adoptive, Anita Conti, première Française océanographe décédée en 1997 à l’âge de 98 ans. Le voilà qui embarque dans un voyage intime et fantasmé, dans l’appartement parisien de celle qui fut aussi photographe et écrivaine, ou sur les quais de Fécamp, dans les…