Carnet de voyage - Dessin de New York, signé Hugo Barros Costa - Bouts du monde
Carnet de voyage - États-Unis

New York en roue libre

À New York, Hugo Barros Costa n’a même pas pensé à prendre le métro. Le dessinateur, décidé à ne pas perdre une miette de Brooklyn, du Bronx ou du Queens, a mis des carnets en moleskine dans le fond de son sac à dos et a enfourché sa bicyclette.

– EXTRAIT –

Pendant que je dessinais sous les portes du métro, à Myrtle Station, je me suis senti entouré par une atmosphère chaotique : travaux dans la rue, grincements des trains, gyrophares, sirènes hurlantes, flux incessant des banlieusards. J’ai attendu le meilleur moment pour dessiner.

J’étais fasciné par les rayons de soleil qui traversaient les vieilles et volumineuses structures de fer entre Myrtle Avenue et Broadway. Je me sentais envoûté par l’atmosphère et le mobilier urbain : panneaux de signalisations et feux, publicités, câbles, tuyaux, escaliers et piliers complétaient l’adrénaline visuelle. Debout, de manière un peu inconfortable à la porte de Dunkin’s Donuts, j’ai ouvert mon carnet moleskine. Juste avant de laisser mon crayon glisser librement sur le papier lisse et fin, j’ai fait une pause, observant et concevant la composition.

Je me souviens avoir louché pour obtenir des détails et l’essence de toutes ces formes. Les formes commençaient maintenant à être détaillées, les rails métalliques, les lampadaires, les enseignes publiques et les câbles ont rapidement défini l’atmosphère urbaine.

Carnet de voyage de Hugo Barros Costa dans Numéro 35

à découvrir aussi

Photo voyage - Guillaume Millet - USA - Bouts du monde

La frontière

par Guillaume Millet

Road-trip. « La piste des buffles devint la piste des Indiens, à laquelle succéda celle des marchands ; puis les pistes s’élargirent pour se transformer en routes, et les routes en chemins de fer. » Ce n’est pas un hasard si le photographe Guillaume Millet a emprunté les mots de l’historien américain Frederick Jackson Turner, (The Significance…