Jérémie Bonamant - Vietnam à Vélà - Bouts du monde
Carnet de voyage - Vietnam

Tout dessiner, pédaler partout

Dans le delta du Mékong au Vietnam, Jérémie Bonamant-Téboul a bien failli s’endormir sur le guidon de son vélo ou sur sa planche à dessin. Parce qu’il ne voulait pas perdre une miette de ce nouveau monde qui s’offrait à lui ? Ou bien parce que tout dessiner et pédaler partout lui évitait de se retrouver seul face à lui-même ?

– EXTRAIT –

Le vélo n’était pourtant pas une évidence.Je voulais voir le monde. Tout le monde. Une vie ne suffisant pas, autant se dépêcher un peu en bénéficiant de transports motorisés. J’ai alors eu la sensation de violer des territoires en allant trop vite. Erreur de jeunesse, impertinence de l’Homme. (…)

Il y a dans l’impertinence de ce choix de déplacement ce mélange d’audace et d’innocence de vouloir dépasser l’horizon, l’appétit insatiable d’avaler les kilomètres, de ne faire qu’une bouchée d’une montagne et la satisfaction, le soir, de n’avoir avancé que d’un petit centimètre sur une carte en papier. (…)

Ne parlant pas vietnamien, dans un pays où l’anglais est très peu utilisé, on ne peut pas dire que les interactions nouées avec la culture locale aient été soutenues. Au cœur d’une population pourtant très accueillante, souriante et respectueuse, à défaut de toujours comprendre nos mots, nous nous contentions de communiquer par les regards, les sourires, en partageant un thé ou un moment de vie quotidienne en silence. Je suis rentré convaincu que la parole n’est pas toujours nécessaire à la compréhension et à la communication.

Aucun compromis. Je dormais quatre heures par nuit, pédalais en moyenne une centaine de kilomètres par jour et dessinais comme un forçat.

Dans ce contexte, l’expression « seul face à soi-même » a pris tout son sens, et ma défense a été radicale : mouliner, m’épuiser à pédaler, dessiner à m’endormir sur ma feuille. Quelle surprise, alors que je pensais aller à la rencontre de mon moi intérieur comme tout aventurier qui se respecte, j’ai tout mis en œuvre pour m’éviter le travail introspectif propre au voyageur solitaire. Abandon de poste devant l’ennemi : la peurde l’engagement face à moi-même m’a mis en fuite. En psychologie, ce phénomène s’exprime selon trois canaux : fuite géographique, artistique et chimique. Je les aitoutes faites miennes, alternant entre la boulimie des kilomètres, l’appétit des planches à dessin et la recherche des doses d‘endorphines libérées durant l’effort. Aucun compromis. Je dormais quatre heures par nuit, pédalais en moyenne une centaine de kilomètres par jour et dessinais comme un forçat.Alors qu’un voyage à vélo invite par nature à la philosophie de la lenteur, que la pratique du dessin inspire l’observation et la contemplation, je n’ai jamais autant dérogé à la règle, jusqu’à l’épuisement.

Carnet de voyage de Jérémie Bonamant-Téboul à découvrir dans Bouts du monde 49

à découvrir aussi

Armel Vrac - Vélo sur le fleuve gelé - Bouts du monde

Long fleuve tranquille

par Armel Vrac

De son propre aveu, s’entraîner en Normandie n’a pas suffi. Armel Vrac n’a pas franchement été surpris. Il savait bien que rouler à vélo sur la surface glacée du fleuve Amour, en Extrême-Orient russe, ne serait pas une promenade de santé. – EXTRAIT – C’est en laissant aller mon imagination que je me suis retrouvé,…

Guillaume Déreck - Japon à Vélo - Bouts du monde

Pédaler le nez au levant

par Guillaume Déreck

Pédaler permet bien des choses, notamment oublier les inutiles questions qui se sont empilées sur le porte-bagages de Guillaume Déreck. Mais au Japon, d’autres interrogations viennent perturber le bruit vagabond de la chaîne de vélo. – EXTRAIT – Les paysages depuis le hublot sont avenants. Du vert à tire-larigot, de la pinède, un ciel à…