Catherine Le Scolan - Egypte - Bouts du monde copie
Carnet de voyage en Egypte

Un printemps

 

Chaque matin, nous marchons de chez notre fils Antoine jusqu’au métro de la place Tahrir. En longeant la grande avenue Qasr Al Aini, deux grandes portes de métal aux couleurs du drapeau égyptien: « Elles peuvent se refermer en cas d’émeutes, pour protéger le parlement, la résidence du Premier ministre et empêcher les rassemblements place Tahrir devant le bâtiment de la sécuritéintérieure », nous explique Antoine.

« Tout a changéici depuis la révolution du 25 janvier 2011 ». Des hommes, âgés de 50 à70 ans nous racontent en écoutant Oum Kalsoum, « l’astre d’Orient », considérée comme la plus grande chanteuse du monde arabe. Ils nous invitent àboire le chaï, le café, le karkadé(infusion de fleurs d’hibiscus), ou àmanger le kochari, plat traditionnel égyptien.

“Depuis la révolution, il n’y a plus personne”

Plusieurs d’entre eux ont perdu leur travail. Hassan a dûfermer son bazar, dans la rue Bab El-Wazir, entre la mosquée bleue et la citadelle. « C’était pourtant un quartier très touristique, le quartier des mosquées », dit-il. « Mais depuis la révolution, il n’y a plus personne, les gens ne veulent plus venir en Égypte ». Nous sommes accueillis chaleureusement àchaque coin de rue. Le lendemain, nous visitons les pyramides. Àl’intérieur de Mykerinos, nous sommes seuls.

Vendredi. C’est le week-end. Nous partons en microbus, taxi collectif, à150 kilomètres dans le désert de Scété. Nous visitons les monastères coptes de Wadi El-Natrun, grâce àAhmed, jeune chauffeur de tuk-tuk. Ahmed a 22 ans, comme Antoine, et pourtant pas les mêmes préoccupations. Il est fiancé. Comme encore souvent dans les pays arabes, le mariage a étéarrangépar la famille. Le jeune homme a emprunté35 000 livres (1 700 euros) pour s’acheter son véhicule de travail. Il construit sa maison, près de celle de Nadia, sa mère. Ce nest que lorsque la maison sera achevée quil pourra se marier.

Carnet de voyage de Catherine Le Scolan à découvrir dans Bouts du monde 46

à découvrir aussi

Isolde Devalière - Rwanda - Bouts du monde

Dissiper la brume

par Isolde Devalière

Il faut lire les récits de voyageurs, dont celui d’Isolde Devalière, pour chasser les fantômes qui habitent le Rwanda, abandonné aux livres d’Histoire depuis 1994. EXTRAIT : Sur les routes, dans les champs, sur les chantiers, les travailleurs s’activent comme des fourmis. Ils pédalent, marchent, et marchent encore. Les plus téméraires à pied, en tongs, les plus…

Taxi Inch’allah

Dans leur genre « totalement foutraque », comme dit Nicolas Marmin, les taxis du Caire sont assez flamboyants. Au milieu de la circulation chaotique de la capitale égyptienne, il a préféré abandonner sa bicyclette, avec laquelle il avait entrepris d’aller jusqu’au Japon, pour un taxi. Plus sûr. Encore que… – EXTRAIT – Un nuage opaque…