n°30

Les belles aventures

Printemps 2017
Bouts du monde n°3015 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Description

Les belles aventures et les grandes explorations ne se sont pas arrêtées parce que des satellites envoient des coordonnées gps à nos téléphones. Au cœur de l’hiver, il s’est sûrement trouvé encore quelques voyageurs bouclant leur sac à dos pour des contrées lointaines, avec des sentiments mêlés d’excitation et d’appréhension. Les voilà désormais en train de s’enfoncer dans une forêt primaire, de s’approcher d’une tribu non contactée, de sentir l’air glacial qui vient de l’Antarctique.

Barbara Réthoré et Julien Chapuis ont effectué le grand saut voici quatre ans, au cours d’une longue expédition de plusieurs mois en Amérique centrale. Au printemps 2016, les deux biologistes sont repartis dans la province du Darien, une zone inexplorée à la frontière entre le Panama et la Colombie, afin de dresser un état des lieux de la biodiversité. Dans la tradition des expéditions du début du xxe siècle, la dessinatrice Stéphanie Ledoux a rejoint une expédition scientifique en Papouasie, renouant avec son adn de scientifique enfoui sous des tonnes de carnets de voyages. Une conviction a tracé l’itinéraire de l’équipe : il faut montrer que la planète est belle pour donner envie de la protéger.

La vie de Vincent Lemonde n’est plus la même depuis qu’il a vécu au rythme d’une communauté himba en Namibie. Celle d’Alexandre Bonnefoy ressemblerait presque à un sacerdoce. Le photographe, qui a entrepris de photographier des singes tout autour de la planète, s’est enfoncé dans la neige jusqu’à la taille pour saisir à travers son objectif le regard des singes saru, les seuls primates capables de vivre dans des conditions si extrêmes, autant au nord.

Tous sont « en quête de quelque chose qui dépasse leur propre existence » décrivent ainsi François et Emmanuel Lepage, (La Lune est blanche, Ed. Futuropolis) qui sont partis accompagner une expédition scientifique en Antarctique. « Ils vont braver les obstacles non par défi personnel mais pour poser leur pierre sur un chemin infini : le savoir ».

La quête d’Anne Bécel, sans doute, était plus intime, persuadée qu’il lui fallait arpenter quelques chemins escarpés pour retrouver une sérénité égarée. Sur les hauteurs de Lesotho, elle a entrepris une belle aventure : traverser le pays en marchant. Du moins, c’était l’idée.

William Mauxion

Les carnets du n°30
Consulter le numéro