Xavier
Vallais

J’ai la passion des voyages depuis mon plus jeune âge. A 18 ans, les bourses Zellidja me permettent de traverser l’Europe pour aller voir ce qui se passe du côté de la Finlande et de l’URSS. Nous sommes en 1971.
L’année suivante, toujours en auto-stop, je vais en Israël expérimenter la vie dans un kibboutz et partager le sort d’ouvriers palestiniens sur les chantiers de construction. Puis en 1975/76 je parcours l’Amérique, du Canada à la Terre de Feu, 15 mois de vagabondage curieux.
Après une carrière à La Poste, l’heure de la retraite ouvre la porte à un nouvel espace de liberté. Mais la maladie vient tout bousculer. Alors, tout juste remis de deux cancers successifs, je reprends mon vieux sac à dos, direction Compostelle.
Le 21 avril 2014 je pars de chez moi près d’Angers, seul, avec mon bâton, à la manière des pèlerins d’autrefois. Mais aussi avec mon smartphone. J’ai choisi de partager mon périple en temps réel sur l’Internet. Bientôt des centaines de lecteurs marchent avec moi par écran interposé.
Je découvre avec un émerveillement de chaque jour le bonheur de cette longue randonnée d’un peu plus de deux mois. Le parcours, peu fréquenté, par la voie des Plantagenêts est sublime. Puis la voie de Tours à travers le Poitou, le Bordelais et les Landes est une plongée dans l’Histoire. Cathédrales, auberges de pèlerins, ponts romans, les découvertes architecturales sont légion.
La traversée des Pyrénées par le col de Roncevaux est un grand moment. Et l’Espagne déroule son Camino Francès où paysages, monuments et rencontres avec la Terre entière justifient l’effort quotidien pour aller jusqu’à Santiago de Compostelle et au cap Finisterre, 1800 km pour un accomplissement.
Un récit, « Compostelle 2.0 », édité chez Artisans-Voyageurs, raconte ces milles rencontres, ces surprises, ces imprévus, ces joies, ce sentiment de liberté, ce bonheur d’avoir réalisé un rêve…

Auteur publié dans ...
Autres publications de Xavier Vallais
dictum commodo id Aliquam eleifend adipiscing diam porta. id ipsum Aenean