Commander la revue
Bouts du monde n°1315 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage Madagascar

Carnet de voyage. C’est le genre de péripétie dont on s’amuse au retour à la maison. Parce que franchement, dans la brousse malgache, Gilles Gamot n’avait qu’une seule envie : descendre de cet engin du diable où, selon l’humeur du moment, tout est amusement ou exaspération.

– EXTRAIT –

Morondava, côte ouest de Madagascar. La tentation du Sud te pousse à chercher un moyen de transport. L’avion ? Il monte à Tananarive avant de redescendre à Tulear, avec un jour de battement et une addition salée… Le 4×4 de location avec chauffeur est prohibitif lui aussi et on paye le retour à vide.

« Et il n’y a pas de « taxi-brousse » comme ailleurs ?

– Non, pas pour le sud, vasaha. Il y a trop de brigands dans la brousse !

– Je ne peux pas rester bloqué là !

– Il y a bien le Tata, mais… »

Au « mais » évoqué, on sent que l’affaire prend une tournure énigmatique, voire louche ! Le « Tata » ! C’est la marque, indienne, du véhicule susnommé. Dix roues, dont quatre motrices, une garde au sol de 70 cm. Un camion, donc. Point du tout : un bus ! 75 places officielles : déjà monstrueux…

Arrivés chez « Mon ami » (c’est le nom de la compagnie !), on réserve sa place sur un vieux cahier d’écolier où ont été sagement tracées, à la règle, dix rangées de huit cases figurant les sièges. 80, le compte est presque bon.

« Mais, euh, je ne vois pas le couloir central dessiné, là…

– C’est normal, il n’y en a pas

– Comment on fait pour entrer et sortir ?

– On passe par-dessus les sièges !

… ? Bon ! Et il met combien de temps ? »

Âpre discussion parmi la demi-douzaine de préposés, ou supposés tels, d’où il ressort… beaucoup de confusion ! Le verdict tombe : de 30 à… 48 heures. « Mais alors on s’arrête pour dormir ? » Demi-douzaine de réponses : Oui… Non non ! Ca dépend ! Des fois, oui. Peut-être… On sait pas…

 

Carnet de voyage de Gilles Gamow et Annick Landauer, à découvrir dans Bouts du monde n°13.

Autres carnets de Annick Gilles

nunc massa mattis elementum facilisis neque. commodo tempus