Carnet de voyage - Gilles Gamow et Annick Landauer - Madagascar - Bouts du monde 13
Carnet de voyage - Madagascar

Un sacré Tata

Carnet de voyage. C’est le genre de péripétie dont on s’amuse au retour à la maison. Parce que franchement, dans la brousse malgache, Gilles Gamot n’avait qu’une seule envie : descendre de cet engin du diable où, selon l’humeur du moment, tout est amusement ou exaspération.

– EXTRAIT –

Morondava, côte ouest de Madagascar. La tentation du Sud te pousse à chercher un moyen de transport. L’avion ? Il monte à Tananarive avant de redescendre à Tulear, avec un jour de battement et une addition salée… Le 4×4 de location avec chauffeur est prohibitif lui aussi et on paye le retour à vide.

« Et il n’y a pas de « taxi-brousse » comme ailleurs ?

– Non, pas pour le sud, vasaha. Il y a trop de brigands dans la brousse !

– Je ne peux pas rester bloqué là !

– Il y a bien le Tata, mais… »

Au « mais » évoqué, on sent que l’affaire prend une tournure énigmatique, voire louche ! Le « Tata » ! C’est la marque, indienne, du véhicule susnommé. Dix roues, dont quatre motrices, une garde au sol de 70 cm. Un camion, donc. Point du tout : un bus ! 75 places officielles : déjà monstrueux…

Arrivés chez « Mon ami » (c’est le nom de la compagnie !), on réserve sa place sur un vieux cahier d’écolier où ont été sagement tracées, à la règle, dix rangées de huit cases figurant les sièges. 80, le compte est presque bon.

« Mais, euh, je ne vois pas le couloir central dessiné, là…

– C’est normal, il n’y en a pas

– Comment on fait pour entrer et sortir ?

– On passe par-dessus les sièges !

… ? Bon ! Et il met combien de temps ? »

Âpre discussion parmi la demi-douzaine de préposés, ou supposés tels, d’où il ressort… beaucoup de confusion ! Le verdict tombe : de 30 à… 48 heures. « Mais alors on s’arrête pour dormir ? » Demi-douzaine de réponses : Oui… Non non ! Ca dépend ! Des fois, oui. Peut-être… On sait pas…

 

Carnet de voyage de Gilles Gamow et Annick Landauer, à découvrir dans Bouts du monde n°13.

à découvrir aussi

Laurent Van Parys - Mora Mora - Bouts du monde copie

Doucement, doucement

par Laurent Van Parys

Mora Mora, comme on dit à Madagascar. Sur le capot brûlant du Tata plein comme un œuf qui traverse la grande île plusieurs jours durant, Laurent Van Parys regarde défiler le paysage. Entre Fort Dauphin et Tuléar, il se laisse apprivoiser par l’incertitude et écoute les histoires qu’on lui conte en route. EXTRAIT : On…

photo carnet de voyage oiseau

Mon inventaire intime de Madagascar

La première fois qu’elle a regardé Madagascar à travers le viseur de son appareil photo, c’était en 2007. Neuf voyages et douze années plus tard, Lorraine Bennery sait bien qu’une vie ne suffira pas pour dresser un inventaire complet de la faune et la flore endémiques de l’île rouge. Mais elle a photographié un tiers…