Photo voyage - Bertrand Ollivier - Vespa - Bouts du monde
Carnet de voyage - Turquie

Istanbul – France : 27 jours à Vespa

Le premier réflexe, quand on lit le récit de Bertrand Ollivier, c’est de se précipiter sur un atlas au 1/50 000e. Les routes qu’il a emprunté depuis Istanbul pour rejoindre la France à travers les Balkans, avec sa vielle Vespa, ne sont pas mentionnées sur les cartes. D’ailleurs la plupart ne sont même pas des routes.

Après une année vécue aussi intensément au coeur d’Istanbul, il m’était inconcevable de la terminer par un simple pot d’adieu et trois heures de vol. J’avais décidé de rentrer en France avec une vieille Vespa. Les embouteillages du pont Galata n’auront pas suffi à me faire rater le bateau assurant la liaison entre Istanbul et Bandirma, de l’autre côté de la mer de Marmara. J’observe une dernière fois l’inébranlable silhouette des mosquées de cette somptueuse ville avant que le bateau ne s’ébroue. Mes derniers repères s’envolent: la tour de Galata, et quelques minutes plus tard, le pont reliant les deux rives de la ville. Istanbul s’éloigne aussi vite que mon esprit s’échappe. Me voilà plongé dans une anxiété inhérente à tout périple de ce genre. Mes premiers doutes concernant ma monture, ma Vespa de 1989, achetée dans son jus quelques mois auparavant à Izmir. Aura-t-elle l’endurance nécessaire pour traverser autant de zone montagneuses et de fortes chaleurs en ce début d’été ?

Durant le court trajet en bateau, je regarde attentivement ma carte routière à l’échelle européenne, essaie de peaufiner un trajet, tout en gardant à l’esprit que mon principal objectif sera de ne pas le respecter.

Carnet de voyage de Bertrand Ollivier à découvrir dans Bouts du monde n°23.

à découvrir aussi

Looking for Marjorie

La grand-mère de Tess et Elliot a fait les quatre cents coups avec la beat generation. Mannequin pour Coco Chanel et amante de Gregory Corso, elle a fumé des pétards avec Truman Capote puis terminé sa vie en jurant, au milieu des livres et de l’Iowa. Ses deux petits-enfants ont voulu en savoir plus :…

Motor Hotel : une errance américaine

par Bertrand Boulbar

En septembre 2010, Bertrand Boulbar part seul aux Etats-Unis. Pas de plan de route. Juste une voiture louée, son matériel d’enregistrement, sa guitare et une carte routière. Une traversée de huit mille kilomètres en Ford, entre New York et San Francisco. Le soir, dans la solitude des chambres miteuses ou dans les villes perdues du…