Commander la revue
Bouts du monde n°2715 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage États-Unis

Bertrand Cargill se demande sans doute pourquoi il n’y a aucune photo de sa femme dans les bouquins d’architecture. Lui qui en fait son métier sait parfaitement que sa silhouette s’accorde parfaitement avec l’architecture des villes américaines.

 

– EXTRAIT –

Sur la Côte ouest, les Américains se lèvent tôt. Ils sont de grands sportifs. Surnommés les vegan. Ils courent tous les jours avec leurs chiens, fréquentent des cours de yoga, mangent bio. Et ces joggeurs hyper, on les retrouve à Venice beach. Le temple du shopping. Tellement glam, hipster, épuré, design. Le Saint-Tropez californien. Avec les muscles en plus. Sur la plage se mélangent body builders, byclers, skaters. Au milieu se dresse le Recreation. Tout en béton. Encore une signature années 60. Au loin Santa Monica, ses palmiers et sa roue. Au bout, Malibu. Le Dume Point. Le bout du monde.

 

A LA, on raffole des villas construites par des architectes. L’une d’elles est cachée près de la plage de Santa Monica. C’est la Case study house. La maison de Charles et Ray Eames. Tous deux ont collaboré à l’expérience architecturale qui a eu lieu sur la Côte ouest après la guerre et qui prônait la construction de maisons modernes et économiques. Toujours années 60. Ma femme n’est pas architecte mais elle ne m’a pas choisi par hasard. Son père, son oncle, sa sœur font partie du métier. C’est une discipline qui devrait être enseignée à l’école. Car c’est l’espace dans lequel nous évoluons tous les jours. Etre sensible à cet art, c’est comprendre ce qui nous entoure. C’est éviter de rejeter ce que l’on ne connaît pas. C’est accepter le changement et l’expérimentation.

 

Carnet de voyage de Bertrand Cargill et d’Olivia Delaittre, à découvrir dans Bouts du monde n°27