Carnet de voyage - Polynésie française

L’escale

Le long du boulevard de la Reine-Pomaré IV, à Papeete, où Marie Détrée a posé son baluchon de Peintre officiel de la Marine, on peut s’embarquer facilement pour un voyage dans le temps.

– EXTRAIT –

C’est un fait, depuis quelques années je ne voyage plus qu’en bateau gris : du patrouilleur au porte-avions, la Marine nationale m’invite à faire le tour du monde à bord de ses bâtiments. Cette chance inouïe, je la dois à mon titre de Peintre officiel de la Marine (POM) qui m’a été accordé en 2010 par le ministère de la Défense.

Les POM sont les ambassadeurs culturels de la Marine nationale et quand ils endossent l’uniforme d’officier, c’est pour embarquer, partager la vie des marins et peindre cette expérience unique. À l’heure du numérique et de la go-pro, des réseaux sociaux et du hashtag, nous sommes là avec nos pinceaux et nos outils de peintre car rien ne remplacera jamais l’œil et la main.

Me voilà donc partie pour Tahiti un 24 décembre, avec mes tubes de gouache et mon carton à dessin, pour fêter les 80 ans de la base navale de Papeete. Sur place, quel saisissement : les couleurs et les odeurs, la gentillesse infinie des Tahitiens, tout correspond image par image, cliché par cliché, à l’idée que je m’étais faite de ces îles paradisiaques.

Récit de Marie Détrée à découvrir dans Numéro 41

à découvrir aussi

Elisabeth Vallet - Molokai

Les larmes de Molokai

Pilipo est le gardien de la mémoire de Molokai, île où s’ancre la culture d’Hawaii. Mais le conteur ne parle pas de Kalaupapa, communauté oubliée qui abrita jadis une communauté de lépreux. Là-bas, c’est kapu, c’est interdit. Alors Elisabeth Vallet est allée voir ce qui subsiste de cette prison au paradis sur cette île si discrète…

Avoir 20 ans à Mururoa

Avoir 20 ans à Mururoa

On lui avait promis des paysages paradisiaques. En 1968, Jean-Claude Lecoq, militaire engagé, s’est embarqué pour le Pacifique. Sans rien savoir des essais nucléaires auxquels il allait assister. – EXTRAIT – Le 24 août, les ingénieurs du Centre de l’énergie atomique sont fébriles. « Canopus », la première bombe H française, doit être tirée au-dessus de Fangataufa,…