Mission archéologique en Afghanistan - Jean-Louis Ozsvath & Jean-Claude Voisin
Carnet de voyage - Afghanistan

Mission archéologique en Afghanistan

La vie de Yedda et André Godard, un couple d’archéologues qui a rejoint la « Délégation archéologique française » en Afghanistan en 1922, ressemble aux épopées dont subsistent parfois quelques images sépia promptes à faire vagabonder l’imagination. Dans le cas présent, il y a aussi un carnet de voyage, tombé entre les mains de Jean-Louis Ozsvath qui avait découvert la destinée de ces deux scientifiques au hasard, dans un restaurant de Téhéran.

-EXTRAIT-

C’est en voiture qu’André et Yedda prennent la route de Ghazni en dépit des avertissements : la   route est « infestée de voleurs » et Ghazni, « partagée entre Sunnites et Chiites, est la ville la plus fanatique d’Afghanistan ». D’ailleurs, le précédent ministre de La Russie y a été assassiné.

Ghazni, c’est surtout la cité du terrifiant Mahmoud, le Ghaznavide. Autour de l’an 1000, ce féroce sultan allait piller par plaisir jusqu’en Inde, une fois par an, à la tête d’une armée invincible de milliers de cavaliers. Lors de leur passage en Inde, les Godard ont vu les portes du palais du fier Mahmoud déposées par les Anglais pour y être exhibées à Agra, comme un humiliant trophée, une revanche qui aurait traversé les siècles.

Il ne reste pas grand-chose de Ghazni se désole André. « Rien de la merveilleuse mosquée de granit et de marbre, « la fiancée céleste », dont Ferdowsi, qui vécut à Ghazni, nous parle longuement dans son Shâh-Nâmeh. Rien de l’université, des palais, des aqueducs, des citernes, des fontaines, des bassins « plus beaux qu’en aucune cité de l’Est ». « Seuls les minarets, ou plutôt les moitiés de minarets rappellent le passé » regrette Yedda. « La tombe de Mahmoud est maintenant enfermée dans une pauvre petite mosquée que l’Emir Habibullah a fait reblanchir et refaire. » Mais Yedda se prête au jeu : « Nous recherchons aux environs si nous trouvons des pierres portant quelques traces de décoration (…) Nous avons trouvé dans le pavage du sol et aidant à former des tombeaux, des dalles de marbre décorées de feuillages et d’ornements coufiques. »

Ghazni, c’est surtout la cité du terrifiant Mahmoud, le Ghaznavide. Autour de l’an 1000, ce féroce sultan allait piller par plaisir jusqu’en Inde, une fois par an, à la tête d’une armée invincible de milliers de cavaliers.

André dessine, photographie, et arpente toute la surface de l’ancienne cité, et même davantage : « Pénétrant par une espèce de soupirail dans un bâtiment d’aspect misérable et à moitié enterré, je me trouvais dans une coupole moderne mais d’assez belles proportions. Au centre était un splendide tombeau de marbre admirablement patiné (…). Le prisme qui le surmonte, moins important que celui de Mahmoud, porte une magnifique inscription en coufique décorée d’entrelacs ». De tout l’Orient, le sultan avait fait venir des artisans pour élever les plus beaux monuments.

Carnet de voyage ” Mission archéologique en Afghanistan” de Jean-Louis Ozsvath et Jean-Claude Voisin à découvrir dans Bouts du monde 57

à découvrir aussi

Exploration minutieuse par l'archéologue Yan Axel Gómez Coutouly

Exploration minutieuse en Alaska

par Yan Axel Gómez Coutouly

Les petites pierres taillées que l’archéologue Yan Axel Gomez Coutouly cherche depuis des années dans les traces de campements préhistoriques de la forêt boréale éclairent l’histoire du peuplement de l’Amérique du Nord. Il y a 15 000 ans, la Béringie, vaste terre qui allait de la Yakoutie au Yukon, permettait le passage à pied de…

La poésie des vieilles voitures - Carnet de Valérie Guitter-Orsat

La poésie des vieilles carcasses

par Valérie Guitter-Orsat

Valérie Guitter-Orsat fouille, fouine, déniche. Le plus souvent, cela se passe dans des arrière-cours, dans le fond de vieux hangars ou bien dans des terrains vagues envahis par les ronces. Là, reposent des épaves de vieilles voitures sublimées par la rouille et le temps qui passe. – EXTRAIT –  Mon insatiable curiosité me pousse constamment…