Simon Bouts du monde Chine
Carnet de voyage - Chine

La montagne aux joues percées

L’émerveillement le dispute au désenchantement. Simon, parti marcher avec son ami Patrick le long des rives du fleuve Jaune et dans le Qinghai, a dessiné une ébauche du Tibet, dont le trait est suffisamment précis pour se glisser dans un pli de l’espacetemps. L’idéal pour retrouver l’insouciance perdue à Pékin.

Xining, capitale de province, tient plus qu’elle ne promet. Premier abord : c’est une ville normalement hideuse, à la chinoise, juste aimable pour son ciel bleu ; le ciel bleu, en Chine, ayant tendance à devenir une pièce de musée, nous n’allons pas bouder ce trésor d’azur.

Mais on devine que les slogans officiels de propagande « Cool Xining » ne sont pas que des formules creuses, à moins que je les aie confondus avec des publicités pour la bière locale, auquel cas ils sont encore plus appropriés. Les habitants de la ville (et nous avons essayé les trois sortes, Hans, Musulmans et Tibétains) se montrent avenants et serviables. Un étudiant en théologie coranique s’improvise notre guide, une Chinoise entreprend Patrick, enfin une jeune étudiante tibétaine hèle pour nous un taxi qui nous emmène dans un lieu qu’elle a choisi à notre place ! Xining est hospitalière, multiethnique et imprévisible.

Patrick est aussitôt séduit par cette Chine musulmane aux foulards gais. Enfin, dit-il, des foulards qui exaltent la féminité au lieu de la répudier ! C’est un islam de doux barbus, de vieillards à binocles qui prennent leur nonchalance au sérieux, de jeunes mères en voiles à dentelles  et baskets, d’yeux bridés sous des calottes blanches ou des chapeaux de paille qui ombrent les parties d’échecs ; parfois l’on voit passer de jolies jambes pâles sous une robe rose, et l’on se regarde d’un air entendu.

Je ne cherche pas de présence spirituelle, juste la paix de vivre, bien mise à mal par les derniers mois pékinois. Et je commence à la retrouver avec ces deux vieux copains que sont Patrick et mon pinceau

à découvrir aussi

Chine bouts du monde 37

Cette année-là, place Tiananmen

Dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 à Pékin, une révolution étudiante était réprimée par une intervention militaire de grande ampleur. Les jeunes réclamaient depuis sept semaines des réformes politiques et démocratiques. Laure, journaliste de radio, avait pris une année sabbatique en Chine. Elle ne s’attendait pas à vivre jour après jour ce…

Carnettiste : Li Kunwu - Chine - bouts du monde

La mémoire du Yunnan

par Li Kunwu

Avec son crayon, l’artiste chinois Li Kunwu révèle ce que sa mémoire a fixé cinquante années auparavant. Un voyage au tréfonds d’une mémoire surpeuplée de souvenirs, qui nous raconte une Chine faite de petites maisons en briques et de rivières limpides, de petits villages et de routes pavées. A des années lumière de ce qu’évoque…