photo carnet de voyage oiseau
Carnet de voyage - Madagascar

Mon inventaire intime de Madagascar

La première fois qu’elle a regardé Madagascar à travers le viseur de son appareil photo, c’était en 2007. Neuf voyages et douze années plus tard, Lorraine Bennery sait bien qu’une vie ne suffira pas pour dresser un inventaire complet de la faune et la flore endémiques de l’île rouge. Mais elle a photographié un tiers des 112 espèces de lémuriens, observé plus de la moitié des oiseaux parmi les plus rares de la planète et entendu les mélodieuses complaintes d’une troupe d’indris. Elle a même photographié le dernier brachyptérolle. Même s’il lui a fallu traverser le pays en taxi-brousse ou en calèche à zébus en pleine saison des pluies.

– EXTRAIT –

Le nez dans les guides touristiques, Olivier et moi cherchions une destination pour sortir des sentiers battus. Un mini-paragraphe attira notre attention. Le Parc national d’Ankarafantsika semblait n’être proposé que par quelques tour-opérateurs, pour le côté pratique de sa situation en bord de route à une heure de Majunga. « Une demi-journée de visite, pas plus ! » Une forêt au feuillage semi-caduc, un grand canyon, un lac accessible en bateau, tout nous semblait réuni, pourtant, pour permettre de belles observations variées. La décision fut prise en quelques minutes seulement. Nous tenterons donc notre chance et y resterons cinq jours. Un petit mail envoyé à la hâte à l’adresse trouvée et nous voilà à la gare nord des taxis-brousse d’Antananarivo.

« Deux places pour Majunga s’il vous plaît, mais nous descendrons avant !

– Pas de problème, tout est possible à Madagascar.

– Quand part le prochain taxi ?

– À 18 heures, s’il est plein ! Mais vous pouvez acheter toutes les places libres pour être sûrs ! »

Finalement, nous choisirons l’option « on verra bien ! » plutôt que de jouer les nantis. Le top départ est donné vers 20 heures, sac à dos photo serré amoureusement sur les genoux pour qu’il ne se retrouve pas, avec une demi-tonne de bagages et cinq poules vivantes sur la galerie surchargée de notre camionnette KIA Pregio.

En route… taxi-brousse. L’ambiance est à la fête ; sur un petit écran à l’avant passent en boucle les clips à dominance asiatique, des chansons, apparemment populaires, reprises en chœur par l’ensemble des voyageurs. La nuit est immense, seuls des feux de brousse, bien trop nombreux à notre goût, viennent, troubler le noir profond qui nous entoure. Le taxi-brousse se couche presque sur le flanc dans les virages serrés, l’inquiétude est là mais, heureusement les véhicules que nous rencontrons semblent tous aller dans la même direction, comme si le pays tout entier savait que, la nuit, il n’était pas autorisé d’aller en direction de la capitale. Une courte pause vers minuit nous permet d’avaler une soupe et de vider notre vessie. Espérons que le chauffeur se repose bien avant de repartir.

Vers les deux heures du matin, le taxi stoppe brusquement. Personne ne bouge. Puis nous entendons : « C’est ici ! » Du français, cette information nous est forcément adressée. Nous descendons en remerciant notre chauffeur et le véhicule disparaît rapidement. Dans le noir total, nous nous demandons, un peu inquiets, si le lodge a bien reçu notre mail

Madagascar : Carnet de voyage de Lorraine Bennery à découvrir dans la revue Numéro 44

à découvrir aussi

Laurent Van Parys - Mora Mora - Bouts du monde copie

Doucement, doucement

par Laurent Van Parys

Mora Mora, comme on dit à Madagascar. Sur le capot brûlant du Tata plein comme un œuf qui traverse la grande île plusieurs jours durant, Laurent Van Parys regarde défiler le paysage. Entre Fort Dauphin et Tuléar, il se laisse apprivoiser par l’incertitude et écoute les histoires qu’on lui conte en route. EXTRAIT : On…

Forêt primaire - La philosophie de la foret - Madagascar par l'artiste Italien Stefano Faravelli

La philosophie de la forêt

par Stefano Faravelli

Stefano Favarelli a accompagné une expédition scientifique dans la forêt primaire de Betempona à Madagascar. Le carnettiste italien était prêt pour braver la jungle, lui qui a toujours dessiné des arbres dans les marges de ses cahiers d’écolier. – EXTRAIT –  Betampona. Un bout de forêt primaire de 29,18 km2 dans l’arrière-pays tropical du centre-est de Madagascar. Je…