Commander la revue
Bouts du monde n°3215 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Carnet de voyage Laos

Le choix de Jean-Jacques Flach pourrait sembler incongru à un guide de voyage soucieux de garder les aventuriers au sec. Le photographe a précisément choisi d’arpenter les chemins d’Asie du Sud-Est au moment même où l’eau sacrée de la mousson transforme les ruisseaux en torrents, les flaques d’eau en étangs, et où les hallebardes de pluie magnifient le décor de ses photos.

– EXTRAIT –

Je connais bien les pays d’Asie du Sud, réputés pour leur sérénité. Mais qu’en est-il de la période des moussons ?

Cette question me trotte dans la tête depuis vingt ans.

Des réponses se sont bousculées en moi de juin à fin juillet 2016.

Vivre ces moments uniques, courir derrière les nuages, être trempé, mouillé, prendre le maximum d’eau sur la tête jusqu’à devenir une vraie éponge, telle était ma décision !

Mon périple me conduit de la Thaïlande du Nord au Laos par voie fluviale.

Je suis possédé par le Mékong, ruban frontalier entre Chiang Khong en Thaïlande et Houay Xay au Laos. Nous naviguons sur ce fleuve frontière depuis trois jours. Il a déjà fortement grossi. (…)

Les pluies ont une durée et une intensité différentes chaque jour. Je traque cette mousson tantôt bienveillante avec les terres qu’elle irrigue, tantôt cruelle avec les villages qu’elle s’emploie à noyer avec force…

Dans le creux des collines, des villageois nous accueillent.

Retrouvez la suite du carnet de voyage de Jean-Jacques Flach dans Bouts du monde n°32.

lectus Praesent vel, Phasellus mi, elit. risus. elementum Praesent