n°38

Voyages en France

Printemps 2019
Bouts du monde n°3815 
S'abonner
Abonnement 1 an60 
Abonnement 2 ans120 

Description

Commande en ligne dès aujourd’hui, expédition à partir du 30 mars

Voyages en France. Lorsque j’étais enfant, le voyage s’incarnait d’abord ainsi : assis à l’arrière de la voiture, je regardais les numéros des plaques minéralogiques et constatais soudain une diversité nouvelle dans la numérotation, qui peinait à tromper l’ennui d’un long chemin sur les routes nationales. Je voyais aussi disparaître les toits d’ardoise à mesure que l’on s’éloignait de l’Anjou natal. Et soudain, le paysage ordinaire avait changé.

Où est passé ce paysage trente-cinq ans plus tard ? Caché derrière les aires d’autoroutes ? Disparu sous les zones d’aménagement commercial ? La France semble avoir perdu ses paysages, ceux qui étaient insignifiants, ceux dont on a rarement fait des cartes postales. Ou alors nous avons oublié de les considérer. « A force de prendre le TGV, les Français ne regardent plus le paysage », déclarait, en 2018, Raymond Depardon au quotidien Le Courrier de l’Ouest.

Le rapport que le photographe a entretenu au paysage est né d’un traumatisme : la construction de l’autoroute du Soleil qui a éventré la ferme de ses parents, cabossant les paysages de son enfance. Au cours des années 80, la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale missionne des photographes pour photographier le paysage. Il y a du boulot : plusieurs décennies de photographie humaniste avaient oublié de photographier les routes, les carrefours, les endroits où les gens vivent, n’immortalisant les places de villages seulement que si une grand-mère de retour de courses la traversait avec son cabas. Le défi est de taille pour Depardon : « Il fallait faire disparaître l’anecdote de la présence humaine ». Quitte à abuser des photographies de panneaux de signalisation ou des lignes à haute tension.

Quel est le rapport au paysage des carnettistes et photographes qui traversent la France aujourd’hui ? Ou de ceux qui y habitent ? Simon Jourdan, ancré sur le quai de Douarnenez, vérifie chaque matin si tout y est bien à sa place. La dessinatrice Cendrine Bonami-Redler aussi a arpenté les paysages urbains de son quotidien, dessinant ce qui est insignifiant aux yeux de beaucoup.

Matthieu Mouillet, lui, a traversé son pays à 4 km/h, le long de la diagonale du vide, explorant les endroits où il n’y a rien à voir pour y déceler les quelques traces d’exotisme que l’on aime tant chercher au bout du monde. Sur les aires d’autoroutes non plus il n’y a rien à voir, mais cela n’a pas arrêté Hélène Fournié qui a passé trois jours sur celle de Montélimar avec ses amis Jean-Sébastien Faure et Emmanuel Faye. A leur façon, ces zones ressemblent aux terminaux d’aéroports, un peu hors du temps, un peu hors de la géographie, un peu à côté du paysage.

Quant à Marielle Durand, elle n’a vu que du bleu dans les paysages d’Auvergne, dans le creux de ses chemins ou bien sur les places de ses villes. L’artiste a sillonné sans relâche le territoire, constituant un petit trésor qui pourrait prendre, dans les années à venir, la valeur d’un véritable fonds documentaire.

William Mauxion

Les carnets du n°38
Consulter le numéro
id ut eleifend sed efficitur. Donec