Carnet Marine Everard - Sud sauvage en Patagonie
Carnet de voyage - Argentine

Sud Sauvage en Patagonie

Aller chercher le voyage. Il se situe aux confins du monde. Marine Everard et Julien Gautier sont allés le chercher sur des terres modelées par les vents de la Patagonie, qui ont accueilli des pionniers et des colons, puis qui ont inspiré Bruce Chatwin avant de faire de l’œil au tourisme de masse.

-EXTRAIT-

Des milliers de petites fleurs jaunes dodelinent en cadence de la tête sur les étendues rases battues par les vents. Sur la gauche, le détroit de Magellan s’étire de tout son long, bordé au loin par la silhouette embrumée de la Terre de Feu. Le chauffeur de taxi raconte l’histoire de sa famille, une histoire de vent, de mer, d’errance et de métissage, qui consacre notre entrée en Patagonie dans les règles de l’art. Son arrière-grand-père était un marin breton qui accosta un jour sur ces rives, tomba amoureux puis repartit vers une autre terre et une autre famille, abandonnant dans son sillage femme et enfants patagons.

Débarquer en Patagonie en pleine élection, c’est toucher au mythe tout en gardant l’esprit bien chevillé à la réalité. Je pense de toutes mes forces aux Chiliens des pages de Luis Sepúlveda, à leur histoire de solidarité et de lutte, aux baleines indolentes, à la cordillère imperturbable.

En prenant un peu de hauteur, la ville et le détroit s’offrent au regard dans toute leur charge symbolique. Sous nos yeux, deux océans se rejoignent, une voie s’ouvre, et les courants de l’aventure se déversent en histoires du grand Sud. Des centaines de goélands et de cormorans impériaux reposent sur les berges et sur les ruines de vieux muelles qui s’effondrent dans l’eau. Je découvre ce qu’est le vent en Patagonie, et comment le sens même d’un mot dépend de l’endroit où il est prononcé. La ville est déserte car c’est jour d’élection présidentielle : Sebastián Piñera, le candidat de droite, affronte Alejandro Guillier, le candidat de centre gauche. Dans la soirée, les résultats tombent en faveur de Piñera, signant ainsi la défaite des gens de cœur. Ici comme ailleurs, peu importent les démêlés avec la justice, les soupçons de fraude, les collusions entre affaires et politique, le libéralisme à outrance, l’indifférence à l’urgence environnementale, les relents de dictature…

Notre hôtesse surgit dans la pièce tout sourire : Ganamos ! J’ai toujours trouvé un brin tragique l’emploi intransitif de ce verbe. Débarquer en Patagonie en pleine élection, c’est toucher au mythe tout en gardant l’esprit bien chevillé à la réalité. Je pense de toutes mes forces aux Chiliens des pages de Luis Sepúlveda, à leur histoire de solidarité et de lutte, aux baleines indolentes, à la cordillère imperturbable. Dans les rues et sur la place, quelques personnes portant drapeaux et T-shirts à l’effigie de Piñera fêtent leur victoire. Des coups de klaxons retentissent. Nous nous engouffrons dans un café pour nous régaler de sandwichs à l’avocat. À la table voisine, au son strident des klaxons, un homme a les larmes aux yeux. Enfin ! Punta Arenas avait tout de même élu Allende député !

Carnet de voyage en Patagonie de Marine Everard à découvrir dans Numéro 59

à découvrir aussi

Sur le fil de l'arête - Cordillère de Darwin - GMHM - Bouts du monde

A travers la cordillère de Darwin

par Groupe militaire de haute montagne

En 2011, six hommes du groupement militaire de haute montagne de Chamonix ont réalisé la première traversée – et la seule à ce jour – de la cordillère de Darwin, une chaîne de montagne de cent cinquante kilomètres à l’extrémité sud de la cordillère des Andes. L’endroit, souvent décrit comme le plus inhospitalier de la…

C’est la mer qui prend l’homme

par Pierre Vauconsant

Les marins ont toujours une bonne raison pour prendre le large en quête d’un Val Paradis. Et tant pis s’il leur faut doubler le Cap Horn. Le bel hommage de Pierre Vauconsant aux marins. Depuis le château, depuis le banc de quart – à l’arrière -, ils regardent la terre s’éloigner, s’estomper, jusqu’à n’être plus…