Cinq voyageurs qui dessinent le monde avec talent #2

9 juillet 2019
Cinq voyageurs qui dessinent le monde avec talent #2

1. Lapin


Né en 1981, Lapin vit à Barcelone et remplit de son quotidien ses carnets: environ 170 calepins archivant rencontres, voyages et tranches de vie. Il est illustrateur pour la presse, la mode, la publicité, et participe à la communauté “Urban Sketchers” depuis sa fondation en 2008.

Lapin enseigne l’art du croquis urbain lors de workshops et conférences. Il a participé à l’ouvrage collectif “L’art du croquis urbain” et a publié plusieurs fac-similés de ses carnets, dont ses derniers livres “Paris, je t’aime”, “Barcelona Original”, “Carnet de Bagnoles”, “Cuba, an 56 de la Révolution”, “Lapin au Japon” ou “Lapin à Istanbul”.

Carnet de voyage de Lapin à découvrir dans Bouts du monde n°31

2. Simon Hureau

Simon bricole dans son coin sur les bords de Loire après de lointaines études dans le grand Est et une jeunesse normande. Il publie de temps en temps. Le plus souvent, des albums de bande dessinée, parfois des livres pour enfants, voire des pages ayant trait, de près ou de loin, avec les quelques carnets qu’il a pour vice de griffonner en cachette, ou aux quelques rares voyages qui sont parvenus à l’extirper de son petit confort… Comme en témoignent Mille parages ou Rouge Himba (La boîte à bulles).

Carnet de voyage de Simon Hureau à découvrir dans Bouts du monde n°37

3. Nicolas Jolivot

Quand on aime dessiner, on essaie de garder quelques traces de ces rencontres sur le papier. Alors il est temps de rentrer heureux à la maison et de vérifier par les carnets que ce n’était pas un rêve. »Pour cet illustrateur angevin, tout a commencé par un tour de France à pied il y a une vingtaine d’années, suivi d’un long séjour en Guyane et de nombreux déplacements au Maroc. En 2006, Nicolas Jolivot se rend pour la première fois en Chine avant d’y repartir l’année suivante pour un grand tour pendant sixmois avec femme et enfants. De cette pérégrination, il rapporte de grands carnets inspirés par la culture graphique chinoise.

Il retourne chaque année en Chine à la découverte d’une nouvelle province. Depuis 2008, il expose régulièrement ses carnets au public : sélectionné à plusieurs reprises au « Rendez vous du Carnet de voyage » de Clermont-Ferrand, il a également participé avec 39 autres carnettistes français à l’exposition « Le monde au bout du crayon » au Musée de la Poste à Paris en 2011. L’Institut Confucius d’Angers lui consacre une exposition en mai 2013.

Nicolas Jolivot a publié une série de croquis sur la façon de boire et de manger à Buenos Aires ( A comer ! ), en Guyane ( Yé ka manjé ! ) en Chine ( Chi Fan ! ) et à Marrakech ( Nakoul ! ) aux éditions l’Àpart. Son intérêt pour la Chine l’a amené à illustrer en 2013 un album des éditions Hongfei Cultures en collaboration avec Chun-Liang-Yeh : Le Calligraphe.

Carnets de voyage de Nicolas Jolivot à découvrir dans Bouts du monde n°18

4. Li Kunwu

Li Kunwu est né en 1955 dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), il montre très tôt une aptitude extraordinaire pour le dessin. Influencé par les ouvrages de propagande de l’époque, ses premières œuvres sont des affiches, des tracts ou dazibao pour illustrer la pensée du grand Timonier. Il s’engage par la suite dans l’armée.

Li Kunwu devient dessinateur de presse pour le journal « Le Quotidien du Yunnan ». Peu à peu, il gagne en notoriété et publie près d’une trentaine de bandes-dessinées qui sont éditées par les magazines chinois les plus emblématiques tels que Lianhuan Huabao, Humo Dashi… Puis, un jour, sa route croise celle de Philippe Ôtié, passionné de Chine et de bande-dessinée. Un projet s’esquisse. C’est l’amorce de la trilogie Une vie chinoise, parue entre 2009 et 2011 en France, qui connaît un très grand succès critique et public (Prix de la bande-dessinée historique – Blois 2010, Prix Ouest-France Quai des bulles 2010). Suivent les titres Pieds bandés, La Voie ferrée au-dessus des nuages, Empreintes et Cicatrices qui vient de paraître. Ses ouvrages sont aujourd’hui traduits dans 14 langues.

Carnets de voyage de Li Kunwu à découvrir dans Bouts du monde n°25

5. Charlotte Kende

C’est pendant ses études de paysagiste et d’urbaniste que Charlotte Kende a conforté sa pratique du dessin et qu’elle a découvert le plaisir du carnet de voyage.

Depuis, elle ne part jamais sans ses crayons. Ces dernières années lui ont donné l’opportunité d’effectuer de long voyage pour dessiner des contrées de l’Iran, de Nouvelle-Zélande, du Vietnam ou encore du Japon, sans oublier les multiples et superbes paysages de France. Montagnes et côtes, villages et villes fourmillantes, portrait et scène de vie, elle croque tout ce qu’elle rencontre, forcément guidée et influencée par sa profession.

Carnet de voyage de Charlotte Kende à découvrir dans Bouts du monde n°35

in elit. venenatis, id, neque. vulputate, commodo mattis facilisis leo. Phasellus venenatis